La première Dame Simone Ehivet Gbagbo suit avec une attention toute particulière le procès de son époux, le Président Laurent Gbagbo, et celui du Ministre Charles Blé Goudé, qui a lieu conjointement en ce moment à la cour pénale internationale.

 

Sur cette image, on la voit très attentive à la plaidoirie des avocats de la défense qui a démarré le lundi 12 novembre 2018 et qui en est à son troisième jour.

Inutile de dire qu’elle espère le voir bientôt libre, après avoir été blanchi et acquitté de toutes les charges fantaisistes et imaginaires portées à son encontre par la procureure en chef de la CPI, Mme Fatou Bensouda. De même qu’elle espère voir également libre son « fils » Charles Blé Goudé.

 

La procureure est quant à elle étrangement absence du prétoire depuis la reprise du procès le 12 novembre 2018, en réalité depuis déjà plusieurs années, elle n’honore plus de sa présence les auditions dans l'affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre Bensouda, certainement consciente de la vacuité de son dossier d’accusation, mais surtout pour éviter l'humiliation.

 

Elle préfère laisser à ses adjoints comme le procureur Mac Donald, le soin de prendre les raclées de la défense à sa place.

C'est d'ailleurs ce à quoi on assiste depuis bien longtemps, mais avec une intensité toute particulière depuis trois jours.