par Lavane Murphy
Le 19 Septembre 2002, le peuple ivoirien pleure ses fils et ses filles dont la vie sur terre vient de connaître une fin tragique. Une fin causée par Alassane Dramane Ouattara et des chefs de guerre ( Koné Zacharia, Issiaka Ouattara dit « Wattao », Martin Kouakou Fofié, Chérif Ousmane...) suite à un coup d’état manqué qui s'était érigé en rébellion. Et depuis lors, ce pays, divisé en deux ne connaîtra plus jamais la paix. Le sentiment de liberté qui anime les dignes fils de ce pays se faisait sentir au fur et à mesure. Et pendant ce temps, Alassane Dramane Ouattara continuait toujours de tuer par main interposée.
Tuer, voilà ce que sait faire de mieux ce monsieur qui aujourd’hui se retrouve à la tête d’un état qui lui a été remis sur un plateau par la France et l’Occident.
Les ivoiriens continuent de pleurer leurs morts et l'histoire retiendra que la jeunesse héroïne de cette nation à travers ses futures actions permettrons à la terre d'eburnie de retrouver la liberté totale. Alassane Dramane Ouattara, le boucher de sindou comme l’on l’a surnommé crie à haut voix et à qui veut l’entendre que c’est le Président Laurent Gbagbo et les jeunes patriotes qui ont defendu leur patrie les mains nues qui sont les assassins.
Cela me rappelle un peu l’histoire du voleur crie:《 oh voleur!!!》