97 ex-enseignants bénévoles ont entamé, ce mardi 17 mars, une grève de la faim en face de la cathédrale d’Abidjan-Plateau, plaidant pour leur insertion dans le système éducatif. Cette grève, selon leur porte-parole, Daho Vartinel, vise à attirer l’attention du Président de la République sur la situation qu’ils vivent.

En avril 2012, dans le souci de combler le déficit d'enseignants dans le secondaire général public, le gouvernement avait lancé le recrutement de 3000 enseignants contractuels. Ces derniers devraient intégrer la fonction publique après un an passé sur le terrain.

En juin 2014, le gouvernement a procédé à l’intégration de tous ces enseignants à l’exception de 97. Il est reproché à ces derniers d'avoir mené des grèves intempestives et bastonné des préfets et proviseurs au cours de ces grèves.

Ces derniers nient toute implication dans les faits qui leur sont reprochés et estiment avoir consentis d’énormes sacrifices pour sauver l'école ivoirienne. Après plusieurs démarches infructueuses, ils ont décidé d'entamer cette grève de la faim jusqu'à ce qu'ils soient entendus et que leurs préoccupations soient prises en compte.