06/06/2014  notre voie

Laurent Gbagbo n’est pas un homme de guerre. mais foncièrement partisan de la paix et du dialogue. il l’a
démontré quand la Côte d’ivoire a été attaquée par
la rébellion quand il se trouvait en italie. rentré, il
s’est montré favorable pour un cessez-le-feu avant
d’entamer le dialogue avec ceux qui ont pris les
armes. Laurent Gbagbo a désigné Laurent Dona fologo
pour conduire sa délégation à Lomé au togo
pour discuter avec ceux qui ont pris les armes contre
son régime et son pays. Les négociations menées par feu Gnassingbé eyadema ont été interrompues par le président français Jacques Chirac alors qu’elles donnaient des
signes d’espoir. Parrain de la rébellion, Chirac a déporté
les discussions en terre française au stade de
rugby à marcoussis et à Kléber. Laurent Gbagbo n’a
pas fait de difficultés pour poursuivre les négociations
à marcoussis et Kléber. Président de la république
de Côte d’ivoire, régulièrement élu aux élections de
2000, Gbagbo a encore fait preuve d’humilité en acceptant
de discuter avec des bandes armées rien que
pour offrir la paix à ses compatriotes et à son pays.
toutes les rencontres organisées pour aider la
Côte d’ivoire à retrouver la paix en étaient les bienvenues
pour Laurent Gbagbo. il ne s’est jamais opposé
à la tenue d’un sommet consacré au retour de
la paix malgré les humiliations, l’arrogance des rebelles
et la duplicité de la communauté internationale.
Gbagbo a toujours cru à la paix par le dialogue. il a
consenti mille et un sacrifices pour parcourir les capitales
africaines au nom de la paix. il est parti en
Afrique du Sud, à Accra et à ouaga, la capitale burkinabè.
Gbagbo savait bien que la rébellion armée
contre son pays a été préparée au burkina faso.
mais il a tendu la main à blaise Compaoré afin
d’amener ses filleuls rebelles à déposer les armes.
Peine perdue ! Pour les négociations de ouaga, l’initiative est
venue de Gbagbo d’aller discuter directement avec
ses ennemis accrochés à la violence et aux armes. il
s’est même débarrassé de ses camarades du fpi
pour accepter les rebelles dans son gouvernement.
Le chef rebelle, Guillaume Soro a été fait premier ministre.
et les chefs de guerre ont inondé Abidjan.
C’est le cas de issiaka ouattara dit Wattao et
consorts alors que les rebelles refusaient le rétablissement
de l’autorité de l’etat et le redéploiement de
l’administration dans les zones qui étaient sous leur
contrôle. Gbagbo aimait tellement la paix que c’est lui seul
qui a tout cédé aux rebelles sans rien obtenir d’eux.
il est le vrai homme de paix et du dialogue.