Selon nos informations, l’ancien premier ministre pourrait avoir un rang de président d’institution ou de ministre d’Etat.

Il bénéficierait alors des avantages liés à ces postes.

 

D’abord un salaire mensuel respectif de 5 million pour un ministre d’Etat ou de 7 millions de FCFA pour un président d’institution.

 

En plus, il aura un véhicule de commandement avec chauffeur, il aura accès au Salon d’honneur à l’aéroport et des indemnités de représentation.

 

Si l’idée de définir le statut de l’opposition est salutaire, il faut néanmoins fait une observation sur le critère du choix. 

 

Dans le cas où un candidat indépendant arrivait à la seconde place lors des élections, ferait-on de lui chef de file de l’opposition, alors qu’il n’est issu d’aucun parti politique ?