Des militaires poursuivis pour diverses infractions commises lors de la crise postélectorale ont bénéficié de la liberté provisoire le mercredi 23 octobre 2013. L’annonce a été faite par le commissaire du gouvernement, au cours de l’audience accordée à l’expert indépendant de l’ONU, Doudou Diène. Le colonel Ange Kessi Kouamé n’a pas dévoilé l’identité des militaires concernés. Se réjouissant de cette avancée positive dans le processus de normalisation en Côte d’Ivoire, Doudou Diène a traduit sa reconnaissance au commissaire du gouvernement. La rencontre commissaire du gouvernement-Doudou Diène avait pour objectif d’obtenir de Ange Kessi le tableau le plus complet, le plus précis sur l’état de la justice militaire en Côte d’Ivoire après la crise postélectorale. Doudou Diène a commenté et dit ses vues sur la justice ivoirienne : « Nous avons conscience que la réconciliation finale du peuple ivoirien, la construction démocratique et le respect des droits de l’homme doivent reposer sur une justice impartiale et équitable. La justice militaire joue un rôle important dans ce tableau, étant donné le rôle des militaires et de l’armée dans la crise ivoirienne. Les informations qu’il nous a fournies sont toujours marquées du sceau de la précision et du détail. Nous apprécions cela parce que cela nous aidera à apporter toute l’aide nécessaire à la Côte d’Ivoire pour que le travail de la justice aide à l’horizon 2015, un horizon électoral balisé, de sorte que la Côte d’Ivoire ait enfin des élections apaisées, démocratiquement crédibles et où la justice est au cœur de ce processus». Doudou Diène, était accompagné du chef de la Division des droits de l’homme de l’ONUCI, Eugène Nindorera, Aurelie Fauchs et Johel Dominique du Bureau des droits de l’homme à Genève. Doudou Diène a également plaidé pour la mise en liberté provisoire du commissaire Atsain Viviane, ex-directrice de l’Ecole de police, poursuivie pour détournement de fonds. «J’ai visité la MAMA (Maison d’arrêt militaire d’Abidjan) et je voudrais faire un plaidoyer, parce que j’ai été choqué de constater une surpopulation des incarcérés à la MAMA, alors que le commissaire Atsain occupe un grand espace toute seule. Si vous la remettez en liberté, cela fera beaucoup d’espace pour les autres détenus», a souhaité l’expert indépendant. En réponse, Ange Kessi a fait savoir que tous les dossiers pendants devant le Tribunal militaire et liés à la crise postélectorale, seront évacués avant la fin de l’année. «On ne rentrera pas en 2014 avec les dossiers de la crise postélectorale. Tout sera bouclé d’ici le 24 décembre 2013», a promis le commissaire du gouvernement. 


Publié le jeudi 24 octobre 2013  |  L’intelligent d’Abidjan