Le pouvoir en place va bientôt avoir un interlocuteur unique pour les discussions. onze (11) partis politiques
issus de l’opposition ont décidé de se mettre ensemble dans la perspective du processus de réconciliation
nationale.

Le jeudi 23 janvier 2014 est une date mémorable pour la Côte d’Ivoire. C’est ce jour-là qu’à l’initiative du Front populaire ivoirien (Fpi), l’opposition ivoirienne a arrêté le principe de mettre sur pied un rassemblement unique en vue de participer au retour à la paix dans le pays. Onze partis, dont le FPI, le PIT, L’UDCY, le RPP et l’AIRD ont discuté toute la matinée hier, au siège du Fpi sis à CocodyAttoban, de la création  d’un cadre commun de discussions, différent du Cadre  permanent de dialogue (CPD) et de celui du dialogue  direct. A l’issue de la rencontre voulue par le président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan,
les différents partis politiques, membres du  prochain rassemblement,  ont mis en place un comité
de 5 personnes chargé de finaliser  le projet. Cette structure  de pilotage, présidée parle Rassemblement pour le  Partage, la Paix et le Progrès  (Rpp), dont la délégation  était conduite par son Secrétaire
général, Ouattara  Gnonzié, a jusqu’au jeudi  prochain (date de la prochaine rencontre), pour rendre
ses conclusions. «C’est  une préoccupation commune  que nous partageons  depuis longtemps, à savoir
qu’il doit exister un véritable  rassemblement pour opposer  un front commun face au  gouvernement », a indiqué    Mme Danielle Boni Claverie,  présidente de l’Union pour la  République et la Démocratie(Urd) au sortir de la réunion.  Dr. Aka Ahizi, président du   Parti ivoirien des Travailleurs(Pit), a aussi réagi :«Nous constituons une force  pour avoir une position cohérente  pour aller à lapaix… Il était donc important  qu’on se retrouve, et  nous nous félicitons de cette  initiative prise par le Fpi».Pour Mel Eg Théodore, président de l’Union pour la Démocratie  citoyenne (Udcy), «le plus important, c’est unrassemblement pour  d’abord la réconciliation des  Ivoiriens, avant de penser  aux élections…».La rencontre a-t-elle permis à l’opposition ivoirienne  d’harmoniser ses visionsconcernant la réconciliation? Ouattara Gnonzié, Secrétaire  général du Rpp pense qu’«on va y arriver… Mais, ce qui est certain, pour réconcilier, il faut d’abord se  rassembler».  La rencontre a commencé par un mot introductif duprésident du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, qui a formulé des voeux de réussite et de progrès pour ses camarades del’opposition. Il a souhaité que 2014 soit une année de réconciliation pour toutes lesforces politiques qui ont les mêmes visions. Situant le cadre de la rencontre, le président du Fpi a rappelé que les forces politiques présentes avaient déjà lutté ensemble par le passé. Allusion faite à l’ex-majorité présidentielle(LMP). Et que, dispersées du fait de la crise, elles devraient pouvoir se mettre ensemble pour parler d’une seule voix dans l’oeuvre de la réconciliation. Avant les travaux à proprementparler, Pascal Affi N’Guessan, initiateur de la rencontre, a proposé un ordre du jour en 3 points.D’abord, chaque camp, le Cpd et le Fpi, a fait le point des négociations avec le gouvernement. Ensuite, les participantsont discuté de la possibilité de mettre en place un rassemblement unique de l’opposition et, enfin, ils ontdéfini un cadre de discussions. La rencontre s’est déroulée dans une ambiance decordialité.

notre voie