Un conflit oppose Dj Débordo et le promoteur de spectacles Philéric Assié depuis quelque temps. L’affaire qui porte sur un abus de confiance a été jugée au tribunal de première instance du Plateau ce vendredi 11 juillet. Elle remonte au mois de décembre dernier. La structure ‘’Assié Production’’ a coopté le disc-jockey pour un spectacle le 6 décembre à Méagui. Philéric qui est aussi ingénieur de son a toujours travaillé sur les œuvres de plusieurs Dj au studio Big Street à Yopougon Millionnaire. C’est dans ce cadre que ce dernier sollicite Dj Débordo. Pour démarrer sa série de spectacles à travers les villes de l’intérieur du pays.

“J’ai voulu me lancer dans l’organisation d’évènements grâce à ma structure “Assié Production”. Donc, j’ai décidé de commencer avec les artistes qui sont avec moi au quotidien. Ceux pour qui je fais le mixage et le mastering au studio. C’est ainsi que j’ai choisi Dj Débordo”, explique Philéric qui ne savait pas que les choses allaient mal tourner avec celui qu’il considère comme son ‘’bon petit’’. Comme cachet, le chanteur exige la somme de 1 500 000 FCFA. Au finish ils s’entendent sur le montant de 1 000 000 FCFA.

Une avance de 600 000 FCFA est versée à l’artiste. Le comité d’organisation du spectacle se met à pied d’œuvre pour la réussite du show. Le maire de la ville s’engage en offrant la salle, les chaises et des temps d’antenne sur la radio locale pour la publicité. A 48h du concert, au moment où le promoteur s’apprête à faire les derniers réglages, il est informé que Débordo embarque sur un vol pour la Guinée Conakry. Aussitôt, Philéric tente de joindre le Dj. ses appels téléphoniques sont sans réponse. Il se voit grugé. Que faire pour sauver la situation, si la tête d’affiche du spectacle est dans un avion à destination de la sous-région ?

Effectivement, quelques heures plus tard, il reçoit un appel en provenance de Conakry. C’est ‘’Opah la nation‘’ au bout du fil. Il s’excuse et demande le report du spectacle d’un jour. Il demande surtout qu’on lui trouve un billet d’avion Lomé-Abidjan, pour garantir son arrivée le lendemain. N’y trouvant d’inconvénient, la réservation du billet qui s’élève à 260 000 FCFA est faite et le concert décalé d’un jour. Mais contre toute attente, l’avion atterrit à Abidjan sans Débordo. Finalement, le promoteur conclut qu’aucune solution ne pourra faire venir l’artiste à Méagui. Avec l’aide de ses amis Kanté Faro, Charly Parker, ils déplacent au pied levé Doliziana, Vitale, Vetcho Lolas, Safarel pour pallier le faux bond de ‘’l’american soldier’’. Ces artistes se produisent le 7 décembre comme prévu, à Méagui. Après ce show qui fut tout compte fait, un investissement à perte, le promoteur Philéric Assié porte plainte au tribunal du Plateau, le 27 décembre, avec une convocation de la préfecture de police. Pour faire arrêter Dj Débordo. Pour abus de confiance. Il devrait reverser un montant de 7 000 000 F CFA pour les préjudices causés et les dommages et intérêts. La mission est exécutée et le chanteur est mis aux arrêts le 29 décembre et gardé à vue toute la journée. Devant les autorités judiciaires, Débordo reconnaît les faits en présence de son manager Rikenteur et d’autres personnes de son staff. Séance tenante, il rembourse la somme de 860 000 FCFA correspondant à l’avance du cachet et le billet d’avion. Décidé à aller jusqu’au bout de sa procédure, le promoteur engage un huissier pour poursuivre Débordo. «Si l’affaire dure depuis décembre 2013, c’est parce que je sais ce que je veux. Je ne suis pas comme les autres promoteurs, qui laissent tomber leur affaire aussi facilement. Dj Débordo va payer mon argent jusqu’au dernier centime», insiste Philéric.

Depuis quelques jours, un inventaire a été fait au domicile de l’artiste par l’huissier et le procès s’est ouvert ce vendredi au tribunal de première instance du Plateau.
topvisages