Droit de réponse des enfants Boundy 

 

Assigné vendredi dernier par le tribunal d’Abidjan a publier le droit de réponse des héritiers de feu Boundy Souleymane, le quotidien gouvernemental « fraternité matin » risque de payer une grosse somme en cas de refus. Un million de francs CFA par jour pour être précis. 

 

 Rappelons que ce droit de réponse fait suite à la publication d’un article de fraternité matin qui affirmait que les enfants Boundy n’avaient aucuns droits sur une parcelle litigieuse dans la commune de Marcory. Une affirmation contestée par les ayants droits Boundy,  qui ont tout de suite  adressé un droit de réponse au quotidien. Mais celui-ci n’a pas été publié depuis deux mois, obligeant la justice à s’en mêler.

Selon le responsable dudit quotidien ; ce ne serait pas « un refus » de publication, mais un problème de norme à respecter (le courrier des Boundy serait trop long avec 800 lignes…)

Rappelons que toute cette affaire découle du litige qui a opposé le libanais Ali Fawaz et la famille Boundy. Ce dernier par des procédures frauduleuses a fait exproprier les Boundy d’une parcelle de terre de 750 mètres carrés à Marcory, les appartenant.