Depuis quelques jours, les 15 membres du bureau régional de La convergence nationale
des enseignants du secondaire (cnes) de man, y compris le secrétaire régional, Lucien Goudalé, professeur
de français au lycée de man, sont l’objet de menaces par des appels téléphoniques non masqués. Des appels qui somment ces militants à mettre fin à leurs acttivités syndicales au risque d’être tués.
Depuis l’annonce de ces menaces, la vigilance est de mise dans cette région. toutes les
bases régionales de cette organisation syndicale sont en alerte, selon des sources dignes de foi.

ces menaces de mort proférées à leur encontre interviennent après les deux manifestations de protestation
des enseignants du secondaire qui militent à ce syndicat dans cette région. La première a eu lieu, il y a
quelques jours où ces militants ont protesté contre les redéploiements arbitraires. et obtenu gain de cause. La seconde, les 10 et 11 avril derniers. ces enseignants ont encore manifesté leur mécontentement
en réclamant bruyamment le réajustement de leurs indemnités de logement, des primes de recherche
et de santé….
si le calme est revenu du coté des enseignants, ce n’est pas le cas des élèves qui ont pris le relais. Les élèves du lycée de man et ceux de 5 établissements privés de cette localité ont boycotté les épreuves
écrites des examens blancs du baccalauréat, lundi, mardi et mercredi derniers au motif
qu’ils n’ont pas passé les épreuves orales de ces examens. en raison de la grève
des enseignants du secondaire. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène
contre ces élèves qui manifestaient dans leurs écoles.
charles BéDé
notre voie du mercredi 16 avril 2014