Les dernières élections départementales du RDR à Séguela ont laissé une grande fracture au sein de la famille des « républicains » dans cette localité. Diomandé Mamadou, le candidat malheureux qui conteste l’élection de son adversaire revient ici sur cette crise et règle au passage ses comptes avec le Secrétaire général par intérim du parti.


M. Diomandé, vous sortez des élections départementales à Séguela que vous avez perdues. Un scrutin que vous continuez de contester pour des irrégularités que vous dénoncez. Peut-on savoir de quoi s’agit-il réellement ?
Cette crise a démarré deux semaines avant les élections ellesmêmes,lorsque le Secrétaire général du RDR par intérim, M.Ahmadou Soumahoro a effectué une tournée dans tout le département,pour présenter mon adversaire,M. Issiaka Fofana comme étant son candidat qu’il invitait les populations à voter massivement. En même temps, le discours était accompagné de menaces à l’encontre de secrétaires de sections qui ne s’aligneraient pas sur son choix. C’est une première dérive que nous avons critiqué. Ensuite, les listes électorales qui nous ont été remises par la direction du parti et sur la base desquelles nous avons fait campagne, ne sont pas celles qui ont servi le jour du vote où l’on nous a présenté un tout autre listing.

Aussi, les listes ne comportant ni date de naissance,ni photo, nos adversaire ont profité de l’homophonie qui est forte dans notre région, pour faire voter des personnes venues d’ailleurs et qui donc ne sont pas concernées par ces élections. Par des convois entiers, ils sont venus aux premières heures pour voter.Si bien que lorsque nos militants
sont arrivés plus tard, il leur a été indiqué qu’ils avaient déjà voté puisque ce sont pratiquement les mêmes noms.

M. Ahmadou Soumahoro ne devrait-il pas être à équidistance
des différents candidats vu le poste qu’il occupe au RDR ?
Vous comprenez bien que l’on ne peut pas être à la fois juge et partie.
Il ya véritablement là, un problème que le RDR lui-même devrait chercher à résoudre. On peut avoir une opinion, mais il ya l’obligation de réserve qui est attachée à certains postes comme le sien et nous aurions souhaité que cela soit respecté dans le cas de Séguela.

Pour revenir aux listings, lorsque vous avez constaté toutes les irrégularités,pourquoi n’avez-vous pas demandé la suspension du vote afin de régler le problème ?
Nous avons saisi le coordonnateur des opérations de vote désigné par le parti. Il nous a demandé de photocopier le listing en notre possession pour comparaison avec celui que nous dénoncions. Ce que nous avons fait ; mais cela résolvait une partie du problème dans la mesure où l’on a pu récupérer ainsi ceux des électeurs dont les noms
avaient été biffés. Nous avions alors espéré que l’on se pencherait également sur la question de ceux qui n’ont pu voter parce que des gens venus d’ailleurs l’avaient fait à leurs places. Mais hélas parce que les différents présidents de bureaux de vote répondaient qu’ils n’avaient pas reçu d’instructions dans ce sens et qu’ils s’en tenaient aux seuls listings mis à leur disposition.

A présent que les résultats ont été proclamés en votre défaveur,que comptez-vous faire pour obtenir justice ?
Nous avons saisi les instances compétentes dans les délais requis et par voie d’huissier.Jusqu’à présent, nous n’avons obtenu aucune réponse alors que toutes nos accusations sont
étayées de preuves irréfutables. Dans la sous-préfecture et dans la commune de Séguela, il y a sept bureaux de vote. Nous avons gagné dans cinq et nous avons perdu dans deux. Mais là où nous avons perdu largement,c’est le bureau dont le président n’est autre que celui qui a signé le rapport final en tant que mandataire de mon adversaire, Issiaka Fofana. Donc, il a signé deux PV à lui seul : un en tant que président de bureau de vote et un autre comme représentant de mon adversaire. Une coïncidence troublante qui en dit long sur les manoeuvres utilisées par mes adversaires.

Vos adversaires vous accusent d’être plutôt mauvais perdant et que vous ne pouviez pas gagner parce que minoritaire à Séguela Ceux qui le disent, ne sont pas sérieux.Sur ce scrutin que nous contestons, sachez que nous avons gagné aussi bien dans la commune que dans la sous-préfecture,or Ahmadou Soumahoro est député de la Sous-préfecture,cela veut donc dire que je l’ai battu dans son fief. Le seul endroit où nous avons perdu, c’est à Worofla, qui est une contrée très éloignée de et où nous avons noté les plus grandes irrégularités.C’est la réponse la plus éloquente
que nous pouvons donner à nos contradicteurs sur la question. Et c’’est d’ailleurs,pourquoi nous demandons l’annulation du vote car quelle sera
la légitimité du secrétaire départemental dans une élection où
les secrétaires de sections et les commissaires politiques ont été empêchés de voter au profit des badauds ? Avec qui va-t-il diriger le département ?

Si les choses restent en l’état, nous courons vers l’existence de 2 RDR à Séguela,un RDR des vrais militants et un autre, des badauds. Il faut faire attention.

Quels sont vos rapports personnels avec M. Ahmadou Soumahoro? 
Je n’ai aucun problème, le ne nourris aucune animosité particulière vis-à-vis de M. Ahmadou Soumahoro. Mais je ne peux pas affirmer la réciproque. Sachez simplement que j’ai été son adversaire aux législatives et j’ai contesté sa victoire parce qu’elle était contestable. Je l’ai même battu dans trois cantons sur les cinq que compte le département.Et c’est dans ces deux cantons où il a utilisé les bulletins pré-cochés en sa faveur, pour gagner l’élection.Ce que nous avons dénoncé à juste titre. Mais bien que notre requête était déjà parvenue aux instances compétentes, nous avons, dans un esprit d’apaisement et de conciliation, choisi de mettre balle à terre. Malheureusement,cette attitude ne nous a pas valu en retour le minimum de reconnaissance que nous étions en droit d’attendre du Secrétaire général par intérim. Au contraire,cela n’a fait que démultiplier l’adversité,l’esprit de combat qui au final, n’arrange personne car cela fragilise le RDR à Séguela et freine le développement de la région
car c’est dans l’union que nous obtiendrons le progrès.
AUTRE PRESSE