Alassane Ouattara avait fait le pari de faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent à l'horizon 2020. Après sept années d'exercice effectif du pouvoir, le président ivoirien pourra-t-il relever ce défi ? Il a donné sa réponse à Jeune Afrique.

 

 

Il est indéniable que sous l'impulsion du président Alassane Ouattara, l'économie ivoirienne a connu un bond qualitatif. Le pays a renoué avec les bailleurs de fonds, le taux de croissance avoisine les deux chiffres, l'un des plus prometteurs d'Afrique. L'activité économique est de plus en plus dynamique, plusieurs infrastructures économiques, notamment des ponts, des routes, ont été bâties... Mais cela suffira-t-il pour faire de la Côte d'Ivoire un pays émergent à l'horizon 2020 ?

En effet, les avis sont totalement mitigés à ce sujet. A l'instar de plusieurs autres observateurs, l'artiste Tiken Jah Fakoly estime qu'il s'agit d'une véritable « utopie ». Cependant, Michel Camdessus, ancien Directeur général du Fonds monétaire international (FMI), affirmait devant le patronat ivoirien, le 29 mai dernier : « La Côte d'Ivoire pourrait accéder à l'émergence un peu avant le temps prévu. »

Cependant, lors de son interview sur JA, le président Ouattara a contredit son ancien patron. « Ce sera peut-être difficile pour 2020 », a-t-il déclaré, avant d'ajouter : « Mais je suis déterminé à améliorer le quotidien des Ivoiriens, à asseoir la paix et à renforcer la discipline et le civisme de mes concitoyens. »

Poursuivant, le chef de l'Exécutif ivoirien estime toutefois qu'il a placé le pays sous de bons auspices : « Notre taux de croissance moyen annuel a été de 9 % pendant cinq ans. En la matière, nous figurons parmi les trois ou quatre meilleurs en Afrique. Ce n'est pas rien ! Nos progrès ont été reconnus par la communauté internationale : Fmi, Banque mondiale, Millenium challenge corporation etc. La Côte d'Ivoire a pris son envol, et nous devrions bientôt rejoindre le rang des pays émergents. »

Notons qu'au cours de cette interview, le président Ouattara avait évoqué la possibilité de se présenter pour un 3e mandat. Serait-ce pour amener le pays à l'émergence, qui selon toute vraisemblance, ne pourra pas être atteinte en 2020 ?



afrique-sur7.f