La jeunesse du Front Populaire Ivoirien (JFPI) s’est retrouvée le samedi dernier dans le village d’Aboboté en assemblée générale extraordinaire. Plusieurs décisions y ont été arrêtées.

 

« Nous exigeons la libération des camarades Koua Justin et Nestor Dahi sans conditions ». Cette déclaration a été faite par Djessy Abraham, président par intérim de la JFPI. Cette structure en charge de la jeunesse du FPI, ne supporte plus de voir ses leaders Justin Koua et Nestor Dahi enlevés et détenus arbitrairement dans les prisons du pays. En plus de cette exigence, la JFPI demande pour le scrutin à venir, le respect scrupuleux de la constitution et singulièrement son article 35. « Nous exigeons le respect de la constitution… », a insisté Abraham Djessy. Selon lui, la loi fondamentale ivoirienne ne doit pas être modifiée pour des raisons électoralistes et au profit d’un seul individu. Pour la JFPI, les tenants du pouvoir sont tenus de respecter la constitution ivoirienne. En prenant cette décision, la JFPI, au cours de son AG, s’approprie les revendications du FPI et de l’ensemble de l’opposition réunie au sein de la CNC. Abraham Djessy et ses camarades de la JFPI entendent ainsi prendre activement part à la lutte de démocratisation de la Côte d’Ivoire déjà engagée par leurs aînés. Résolution qui annonce que les jours à venir vont être particulièrement chauds dans l’arène politique nationale. Surtout que le chef de l’Etat est déjà en campagne avant les campagnes et avec les moyens de l’Etat de Côte d’Ivoire. Au cours de son meeting de clôture ‘’de sa visite d’Etat’’ à Séguéla, Ouattara a invité ses parents à le faire gagner au premier tour de l’élection de 2015. Dans tous les cas, Abraham Djessy et ses camarades de la JFPI sont déterminés à accompagner le combat pour la libération de tous les prisonniers politiques et pour le strict respect de la constitution.

Rodolphe Flaha

 

 

Publié le lundi 27 juillet 2015  |  Le Quotidien d’Abidjan