Le témoignage du général Kassaraté a pris fin il y a une semaine à la CPI. Doit suivre en principe, celui du général Mangou (témoin P11).
Mais le procès tarde à reprendre. Des sources indiquent qu’il
va reprendre le mardi 28 mars prochain. Mais pourquoi une si
longue suspension ?

Qu’est-ce qui n’était pas prévu, alors même qu’on était bien parti
pour finir avec les témoins-clés de l’accusation ?
Selon des sources proches de la CPI, le bureau de la procureure
a été sonné par les témoignages des généraux Brédou
M’Bia et Kassaraté Tiapé.

De sorte qu’il craint que le général Mangou ne vienne corroborer
les propos de ses plus proches collaborateurs pendant la
guerre postélectorale.

Bensouda a donc décidé de s’assurer que le témoignage de
l’ex-chef d’etat-major va aller dans le sens de l’accusation
avant de le programmer.

Cette longue trêve vise donc, selon nos sources, à préparer le général
Mangou afin qu’il accable le Président Gbagbo et le ministre
Blé Goudé. La mission qu’on veut assigner à Mangou est de
confirmer l’existence d’un

«plan commun» qu’aurait élaboré le Président Gbagbo pour «exterminer les partisans de Ouattara aux fins de se maintenir au pouvoir ».

C’est ce complot qui se prépare en ce moment avec le
général Mangou, indiquent nos sources.
Mais un tel complot a-t-il des chances de prospérer après
l’éclairage des généraux Brédou et Kassaraté, eux aussi éléments-
clés du système sécuritaire du régime Gbagbo ?
Ce n’est pas du tout évident.
en effet, après les témoignages de Sam l’Africain, les généraux
Brédou et Kassaraté, la plupart de ceux qui suivent avec intérêt
le procès du Président Gbagbo et du ministre Blé Goudé à la
CPI se sont fait leur opinion, y compris les juges. A savoir que
la longue crise que la Côte d’Ivoire a connue et qui s’est
achevée par la guerre postélectorale est une guerre des impérialistes
qui ont peur que les pays africains s’affranchissent
de la domination occidentale.
venir dire autre chose sera proprement honteux pour le général
Mangou. Il sera encore plus déshonorant et plus indigne
qu’un général dont le pays a connu une guerre injuste, dise
que c’est le Président de la République
qui lui a dit de «tuer». Il deviendra la honte de sa famille
et la risée du monde. Surtout que c’est faux ! en tout état
de cause, le général Mangou n’ignore pas que pendant son
témoignage, les regards des Ivoiriens seront fixés sur lui.