Une mission du FPI est présente dans la capitale Ghanéenne depuis ce Week end pour convaincre les cadres du parti exilés à retourner au pays. La mission se rendra également au Togo mais aussi dans les camps de réfugiés pour rassurer tous ces réfugiés sur un retour sécurisé dans leur pays, la Côte d’ivoire. Mais à peine entamée que la mission s’est heurté à de multiples revendications formulées par l’ensemble des intéressés : cadres, refugiés, jeunes patriotes, militaires ect… Selon une source proche de la mission, le groupe des réfugiés aurait rapporté à la mission l’attitude méprisante de certains cadres du FPI présents à Accra.

« Ils savent nos conditions de vie, mais ils n’ont jamais mis les pieds dans les camps. Surtout Koudou Jeannette, la sœur du président. Elle nous évite… »
Pour la grande muette pro-Gbagbo, « tant que nos camarades militaires sont toujours détenus à Abidjan, pas question de se livrer ». En dehors de ces deux groupes abandonnés à leur triste sort, les jeunes patriotes et l’aile politique du FPI en exil semblent s’accordés sur au moins un point : les garanties pour un retour. Sur ce point, ces derniers auraient exigé de fortes réparations financières pour leur réhabilitation au pays. La mission qui n’est pas à sa première visite au Ghana savait plus ou moins toutes ces réactions bien avant son arrivée. En outre selon des indiscrétions, les discussions étant en cours, il se pourrait que les positions évoluent d’ici là.
A Abidjan, une réunion d’urgence est prévue ce mardi 21 janvier au QG du Parti autour de 16h (GMT) pour en débattre. La réunion hebdomadaire du secrétariat exécutif qui prendra l’allure d’un point de la mission à mi parcours fera le compte rendu global lors de la réunion mensuelle du secrétariat général qui se tiendra le samedi 25 janvier prochain à Abidjan. Rappelons que font partie de la mission du Ghana et Togo, MM. Amani Nguessan Michel, Dano Djédjé et Gnahoré Oupoh. La mission prendra fin le week end prochain.

Par Diaspo TV