Les ex-ministres Lia bi douayoua et benjamin yapo atsé ; l’ex-conseiller économique et social, désiré Porquet ; l’ancien député attébi Williams ; hervé siaba, ex-attaché de cabinet à la présidence de la république et nado clément, responsable de l’espace de libres échanges « Sorbonne Solidarité
» à abidjan-plateau,sont rentrés hier à abidjan.

Après plus de trois ans d’exil politique forcé au Ghana suite au renversement du président Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011.
Leur retour constitue une volonté personnelle mais aussi
grâce à l’action de la direction de leur parti, le fpi, qui en
collaboration avec les autorités ghanéennes et ivoiriennes,
a pris les dispositions utiles pour la réussite du projet. c’est
exactement à 15h55mn que le cortège d’environ dix véhicules
transportant les ex-exilés politiques et ayant pris la route quelque temps plus tôt à elibou (frontière ghanéenne)s’est immobilisé devantle siège provisoire du fpi à abidjan-attoban.

C’est l’ex-ministre amani n’Guessan,vice-président du fpi et
émissaire du parti, qui ouvrait le cortège. Le comité d’accueil
était conduit par le président du fpi, Pascal Affi N’Guessan, entouré de plusieurs membres de la direction du parti dont le
vice-président Abouo N’dori,la secrétaire générale Agnès Monnet, les secrétaires nationaux Marcel Gossio, Alcide Djédjé, voho sahi et firmin krékré. Les exilés ont reçu des bouquets de fleurs des mains de la secrétaire générale du parti. après les civilités d’usage, ils ont donné les nouvelles.L’ex-conseiller économique
et social, désiré Porquet, a interpellé le fpi sur les conditions
inhumaines de vie des réfugiés et des exilés politiques
au Ghana et au togo.« Nous voulons exprimer notre reconnaissance au président Affi et à tous les camarades
pour avoir maintenu le Fpi debout. Le Fpi est le seul
instrument de lutte dont disposent les Ivoiriens pour sortir
le pays de cette situation»,a soutenu, pour sa part, l’exdéputé
William attebi. Le président du fpi s’est dit heureux de retrouver ses camarades. « Nous refusons l’asservissement parce que nous croyons en notre lutte.On continuera de se battre pour restaurer le parti et la Côte d’Ivoire », a-t-il dit.

Avant d’indiquer que le retour des exilés politiques constitue
un axe majeur de sa politique de restauration du fpi.
aussi s’est-il engagé à mettre tout en oeuvre pour que tous
les exilés rentrent avant la fin de l’année .
notre Voie du mardi 11 novembre 2014