La Fédération de la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien (JFPI) de Grand-Bassam – Bonoua est sans nouvelle de Joachim Dagri dit Lotcha. Et ce, depuis le mercredi 25 décembre dernier. Le chargé de communication de la JFPI dans les deux localités a été enlevé par deux inconnus, des civils armés, dans la matinée du mercredi, à Larabia, à une vingtaine de kilomètres de Bonoua. Il était en compagnie d’un ami, et revenait de sa plantation. Selon un membre de la Jfpi, témoin des faits « Les deux civils en armes ont surgi du néant, se sont dirigés vers Joachim et son ami qui l’accompagnait. Sous la menace des armes, ils les ont contraints à monter à bord d’un véhicule. Ils lui ont bandé les yeux, avant de prendre la direction de Bonoua,». Depuis ce jour, personne n’a de nouvelle de Joachim Dagri. Aussi bien la fédération que les populations craignent pour la vie du militant mais aussi du frère… Cela d’autant plus qu’on ne connait à Bonoua et à Gd Bassam ni l’identité des ravisseurs, ni la destination prise, ni son lieu de détention, ni ce qu’on reproche au militant de la jeunesse du Fpi. Face aux inquiétudes, les regards sont tournés vers la tristement célèbre DST. Car depuis que le chef d’Etat-major des armées Soumahila Bakayoko a déclaré Bonoua zone rouge, la Cité de l’Ananas est dans le viseur du pouvoir.

Sam K. Dn


Publié le vendredi 27 decembre 2013  |  Notre Voie