Rebondissement dans l'enquete sur le financement
presume de la campagne presidentielle deNicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007. Soupconnant certains hommes
d'affaires maliens d'etre impliques dans l'affaire, la justice
francaise a fait une demanded'entraide judiciaire internationale
a Bamako.

La justice francaise a officiellement depose une demande d’entraide judiciaire internationale au gouvernement malien, dont Jeune Afrique a pris connaissance.Parvenue le 15 aout au ministere de la Justice a Bamako,par le biais de l’ambassade de France, celle-ci concerne le financement presume de la campagne presidentielle de Nicolas Sarkozy
en 2007 par l’ancien "Guide"libyen Mouammar Khadafi,alors que M. Sarkozy etait ministrede l’Interieur. Alors qu'il occupait ce portefeuille, Nicolas Sarkozy s’est rendu au moins deux fois au Mali, en fevrier 2003 et mai 2006.

Outre l’ancien president, la demande d’entraide cite, cote
francais, Jean-Francois Cope,alors ministre du Budget, Brice
Hortefeux, ministre des Collectivites locales, et Ziad Takieddine,homme d’affaires franco-libanais. Selon une source proche du dossier, l’entourage de l’ancien president Amadou Toumani Toure - politiciens et hommes d’affaires -est cite dans la demande d’entraide. Parmi les personnes concernees figure notamment Cheick Amadou "Bany" Kante.
"Porteur de valises""Bany" Kante gerait certains investissements libyens auMali. Ex-DG d’Air Mali, representant de la Libyan Africa Investment Portfolio (LAP) et secretaire national adjoint du parti pour le developpement economique et social (PDES) -le parti d’ATT -, il est soupconne d’avoir joue un role de "porteur de valises" dans l’affaire du financement presume de la campagne presidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi.

D’autres hommes d’affaires etablis au Mali pourraient etre concernes par l’enquete francaise menee par les juges d’instruction Serge Tournaire et Rene Grouman. Mediapart avait ainsi revele qu’en 2005,Jean-Francois Cope, a l’epoque ministre du Budget,avait consenti a l’homme d’affaires franco-libanais Gerard Achcar, president de la societe AMI (Achcar Mali Industrie),l’effacement des deux-tiers d’une dette fiscale contractee en France - soit 4 millions d’euros. Cette "ristourne" aurait ete accordee par Jean-Francois Cope au couple Achcar, proche de Ziad Takieddine et de Nicolas Bazire,tous deux mis en cause dans une affaire de retrocommissions plus ancienne, impliquant
notamment l’ancien Premier ministre, Edouard Balladur,
et l’ancien ministre de la Defense Francois Leotard. A
l’epoque, Nicolas Sarkozy etait ministre du Budget.
Source : Jeune Afrique