L’actualité dans la cité du fromager reste dominée par l’attaque, vendredi dernier, du commissariat de police du 2ème arrondissement situé en plein cœur du quartier Dioulabougou. Selon des sources sécuritaires, des individus armés ont envahi ce jour-là, le commissariat de police. Décidés à en découdre avec les policiers, les assaillants ont fait pleuvoir des pierres sur le poste de police. Ils ont réussi à blesser un policier. La menace est finalement prise au sérieux par les forces de l’ordre mais leur riposte est timide. Ces individus non-identifiés venus en grand nombre prennent alors le contrôle des lieux et emportent des ordinateurs, des climatiseurs, des tenues de policier, des motos en fourrière et de d’autres objets. 
Craignant que l’attaque s’étende à la prison de Gagnoa, du renfort est immédiatement demandé. Des policiers de la Bae et de la Crs débarquent dans la cité du fromager. Les autorités policières, de la justice et un adjoint au maire de la ville se rendent, avec eux, au commissariat pour constater les dégâts causés par le passage des assaillants. Joint par téléphone, Diarrassouba Daouda Moussa de la Commission nationale des droits de l’homme de Cote d’Ivoire (Cndhci) a invité les autorités à réagir vigoureusement pour ne pas que les auteurs de l’attaque du commissariat de police qui est survenue parallèlement à une grève de conducteurs de taxis de Gagnoa restent impunis. Signalons que la cité du fromager est sous haute surveillance policière depuis cette attaque.