Au moins trois personnes auraient été tuées mardi en Gambie lors de la tentative manquée de coup d'État contre le président Yahya Jammeh, qui était absent du pays.
L'armée gambienne - restée loyale au président Yahya Jammeh - a tué mardi trois des auteurs du putsh perpétré au tout début de la journée, dont le cerveau présumé de l'attaque. Selon un officer, il s'agirait d'un déserteur. "Les assaillants ont visé le palais présidentiel alors que le président Jammeh était hors du pays et ils ont été repoussés par l'armée. Ils étaient commandés par un ex-capitaine du nom de Lamin Sanneh", a déclaré cet officier à l'AFP, sous couvert d'anonymat.


"Trois des assaillants sont morts dont l'ex-capitaine lui-même. Un autre a été capturé sur les lieux. Il a été remis à la NIA (Agence nationale du renseignement) pour interrogatoire. Il est entre leurs mains", a affirmé l'officier.
Selon lui, Lamin Sanneh est venu attaquer la présidence avec six autres militaires lourdement armés. Ils sont arrivés par pirogue à Marina Parade pour attaquer le palais, situé sur la corniche est de la capitale gambienne. Il n'a pas précisé si les forces loyales au président Jammeh ont subi des pertes pendant l'attaque.
Un diplomate gambien a également fait état de trois assaillants tués mais a parlé de deux prisonniers. "D'après ce que j'ai pu avoir comme information, il y a trois assaillants tués et deux capturés par l'armée", a-t-il dit, précisant ne pas disposer de bilan concernant l'armée.
(Avec AFP)