L’agence de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) de Grand-Bassam a produit, récemment, un communiqué informant les travailleurs et les habitants du quartier Air France de l’interruption de la fourniture d’électricité chaque semaine, de mardi à jeudi, de 9 heures à 15 heures, jusqu’au mois de février prochain. Le moins qu’on puisse écrire, c’est que cette décision cause de grands dommages aux services et entreprises installés dans ce quartier administratif. Le quartier Air France abrite, en effet, la préfecture, la sous-préfecture, le palais de Justice, l’antenne de la Société ivoirienne de contrôle technique automobile (SICTA), le collège moderne, un groupe scolaire, une pharmacie et de nombreux complexes hôteliers. Tous ces services sont paralysés de 9 heuresà 15 heures, pour 1 mois plein. 

«C’est dur à supporter. Je suis obligé de quitter le bureau plus tôt, puisqu’on ne peut pas travailler sans électricité. La situation nous cause énormément de désagréments», explique un agent de la préfecture de Grand-Bassam. Selon une source jointe à la direction régionale de la CIE à Aboisso, ces interruptions sont dues à des travaux de réhabilitation d’urgence sur la ligne d’Azuretti. «Le torchon qui alimente la ligne d’Azuretti à Grand-Bassam se détériore. Le câble est en train de s’effriter à cause des impacts marins. Nous ne pouvions pas faire de travaux pendant la période des fêtes. Nous avons dû laisser les populations fêter d’abord. Nous sommes obligés de faire ces travaux de réhabilitation maintenant, sinon, si le câble rompt totalement, ce sera catastrophique pour toute la zone. Actuellement, c’est le moindre mal. Ces coupures nous permettent de réhabiliter le réseau électrique», indique notre source. Avant d’expliquer le choix des trois jours en milieu de semaine. «Nous avons estimé que le lundi étant le premier jour ouvrable de la semaine, il faut l’épargner, pour laisser les travailleurs faire le point de leurs activités. Bassam étant une ville touristique, nous avons épargné le vendredi et le week-end pour permettre aux populations et aux visiteurs de se divertir». 

En tout état de cause, la CIE a décidé d’approcher les populations et particulièrement les hôteliers pour leur expliquer les raisons de ces coupures d’électricité qui constituent, actuellement, le moindre mal.