Les juges sont accusés par les avocats de la défense de donner un coup de pouce aux témoins en leur remettant une copie de leurs dépositions antérieures en pleine audience en violation de la procédure. Maitre Gbougnon, avocat de la défense, a pris les juges en flagrant délit de concussion. 

 

Saidou Zouhon, témoin de l’accusation qui comparait en ce moment, s’est vu remettre une copie de sa déposition antérieure en pleine audience par le bureau du procureur. Le témoin, lors du contre-interrogatoire, avait les yeux rivés sur sa déclaration précédente pour éviter d’être pris à défaut par les avocats de la défense. Un flagrant délit de tricherie découvert par Maitre Gbougnon qui a demandé aux juges que  soit retirée au témoin la copie de sa déposition antérieure. « En lui permettant de lire sa déclaration précédente consignée par écrit, on ne peut pas le prendre à défaut et le confronter à d’éventuels mensonges ou omissions », a expliqué maitre Gbougnon à la Cour. 

 

Le juge-président Cuno Tarfusser, ne trouvant rien d’illicite au comportement de l’accusation, a été rappelé à l’ordre sur cette violation de la procédure par les avocats de la défense. Il s’en est suivi un huis clos à la suite duquel le juge est revenu à la raison. 

 

  AUTRE SOURCE