Importante déclaration à la nation concernant l'affaire " le procès des 83 pro-Gbagbo est un procès politique", selon la porte-parole adjointe du gouvernement Affoussy Bamba
Le Rassemblement du peuple de Côte d'Ivoire Alternative crédible (RPCI-AC) est profondément indigné par les propos tenus mercredi dernier à l'issue du Conseil des ministres par la Ministre Affoussy Bamba-Lamine, porte-parole adjointe du gouvernement ivoirien.
Au cours de cette conférence de presse, madame la Ministre a avoué que le procès des 83 proches du Président Laurent Gbagbo parmi lesquels figurent Simone Gbagbo et Affi N'guessan, était un procès politique.

Nous citons la Ministre Affoussy Bamba dont les propos ne souffrent aucune ambiguïté sur la duplicité et la ruse du gouvernement: « Vous savez que c’est quand même un procès politique. En plus du droit, c’est aussi l’aspect politique qu’il faut regarder... Je suis bien heureuse de constater qu’effectivement vous savez que le juré a été récusé par la partie adverse et non pas par le procureur. Alors, nous ne nous laissons pas du tout manipuler. Mais, il faut savoir que le politique est important, il faut en tenir compte... D’ailleurs, vous avez posé la question à savoir pourquoi le procès retardait, c’est parce que justement l’aspect judiciaire n’était pas solide... Je pense que si vous saviez que la procédure avait été respectée, à la limite la question n’aurait même pas dû être posée, si elle a été posée, c’est bien parce qu’il s’agit procès politique ». Fin de citation.
Le RPCI-AC est profondément choqué par les propos extrêmement graves de la ministre Affoussy Bamba, lesquels prouvent clairement que le procès intenté contre les 83 pro-Gbagbo n'a rien à avoir avec le droit, et qu'il s'agit purement et simplement d'une grande farce judiciaire dont le but désormais avoué est l'élimination d'opposants politiques gênants ou récalcitrants, avec l'aide de juges et de jurés aux ordres, soigneusement choisis sur une base tribale et ethnique.

En conséquence:
Le RPCI-AC exige la démission immédiate de la Ministre de la Communication, porte-parole adjointe du gouvernement, Affoussy Bamba.
Le RPCI-AC exige l'annulation du procès contre Simone Ehivet Gbagbo et les 83 pro-Gbagbo.
Le RPCI-AC exige également l'abandon des poursuites judiciaires contre tous les prisonniers politiques, partisans et les proches du Président Laurent Gbagbo, sur toute l'étendue du territoire national et en exil.
Le RPCI-AC exige la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques civils et militaires qui croupissent dans toutes les prisons du pays, car leur incarcération est purement politique et n'a rien à avoir avec le droit comme vient de l'avouer la Ministre Affoussy Bamba
Le RPCI-AC prend l'opinion nationale et internationale à témoin sur les réelles intentions du gouvernement Ouattara, qui a fait de l'élimination d'opposants politiques, la priorité de ses priorités

Fait à Paris le samedi 25 octobre 2014
Pour le RPCI-AC
Christian Vabé
Président