«se qualifier pour une coupe du monde est un impératif pour la Côte d’ivoire. le Maroc ne doit pas venir nous éliminer chez nous», nous avait confié Jacques Anouma peu avant le match contre le Maroc. Mais le 11 novembre dernier, les Eléphants sont restés à quai. Trois semaines après cette élimination, Jacques Anouma, l’ancien président de la fédération est sorti de son silence pour tacler deux pieds avant son successeur. «Ne pas aller à la coupe du Monde, c’est retourner 15 ans en arrière. C’est ce qui me fait de la peine. C’est une perte pour nous les sportifs», a-t-il souligné dans un entretien accordé à DDF sur la RTI. Et de poursuivre : «en donnant l’équipe à Marc Wilmots qui n’a même pas postulé, on a tracé nous-mêmes les sillons de notre échec». Revenant sur les relations entre la FIF et les clubs, Anouma a dit que pour être à la tête de la FIF, il aurait fallu un consensus comme c’était le cas en 2002 quand il avait pris le pouvoir. «et cette personne qui veut diriger doit rassembler. Or l’actuel président n’est pas un rassembleur», at-il analysé. Comme solutions au problème du football ivoirien, il préconise un véritable plan Marshall. «tout le monde doit s’asseoir et discuter. dirigeants et opérateurs économiques», a-t-il ajouté. D’ordinaire discret sur la vie du football ivoirien depuis qu’il a démissionné de son poste de président de la fédération, le mardi 18 juillet 2011, Jacques Anouma a fait sa première grande sortie il y a quelques jours. La FIF de Sidy Diallo appréciera.