L’avocate Habiba Touré a répondu au porte-parole de la Cour Pénale Internationale (CPI) Fadi El Abdallah qui soutenait que le président Laurent Gbagbo pourrait être une fois encore convoqué à La Haye en qualité de témoin. Selon l’avocate, pour que cela soit effectif, plusieurs conditions doivent dorénavant être remplies.

 

L’on sait désormais que le président Laurent Gbagbo peut être convoqué en qualité de témoin à la Cour Pénale Internationale (CPI). Toutefois, selon son avocate Me Habiba Touré, il faudrait que certaines conditions soient remplies car on ne convoque pas de témoin s’il n’y a pas de procès. «La Cour appelle qui elle veut mais pour cela, il faudrait qu’il ait un procès. Mais actuellement, il n’y a pas de mandat d’arrêt pour élucider les exactions commises notamment à l’ouest » a déclaré l’avocate le 21 août au cours d’un entretien exclusif avec linfodrome.com

 

Pour elle, avant qu’on ne convoque le président Laurent Gbagbo, il faudrait qu’un autre procès concernant la Côte d’Ivoire ; s’ouvre devant la CPI. C’est la condition principale. Cette condition pourrait être satisfaite si le nouveau procureur Karim Khan et son Bureau décident de mener de nouvelles enquêtes sur les graves violations des Droits de l’Homme survenues en Côte d’Ivoire entre 2002 et 2011.