L’entrée du Front populaire ivoirien (Fpi), dans le gouvernement n’est pas pour maintenant. C’est ce qui ressort des propos du secrétaire général par intérim de la jeunesse du Fpi, Justin Koua. C’était hier, lors d’un meeting organisé par le fédéral d’Abidjan-sud à la place Laurent Gbagbo, à Port-Bouët. « Il veut distraire les gens en disant que bientôt nos frères vont nous rejoindre. Le Fpi ne va jamais rejoindre Ouattara contre les problèmes des Ivoiriens », a-t-il soutenu. Par cette déclaration, le premier responsable de la jeunesse du parti de Laurent Gbagbo répondait au chef de l’Etat qui a déclaré, à Didiévi dans le cadre de la visite d’Etat que : « bientôt, nos frères vont nous rejoindre ». S’insurgeant contre ce qu’il considère comme une intransigeance du gouvernement face à certaines revendications de l’ancien parti au pouvoir, il a estimé que le Fpi investira les rues en 2014. « Jusqu’en 2014, si les revendications du Fpi ne sont pas satisfaites, Ouattara ne dormira pas, parce que nous aussi, nous n’allons pas dormir. Nous allons faire des meetings, des sit-in, il est temps qu’il libère nos camarades », a-t-il menacé. Pour le successeur de Konaté Navigué, la Côte d’Ivoire est aux mains des étrangers depuis l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir. « Depuis un certain temps, des gens balafrés ont pris le pouvoir », a-t-il déclaré, avant de dresser un tableau sombre de la gestion du pouvoir d’Etat. «Alassane Ouattara au pouvoir est un échec. Sous son régime, les Ivoiriens sont devenus pauvres », soutient-il.

Source : Nord Sud : Dernière Mise à jour : 16/12/2013