Au lendemain de la révélation des écoutes de cadres du PDCI  dont il fait partie, Maurice Kakou Guikahué subit une première foudre du pouvoir en place.

 

La sécurité  d'Etat alors affectée à l'ancien ministre de la santé de Bedié lui a été subitement retirée  mercredi soir  d'une source proche du député de Gagnoa sous-préfecture.

 

Les deux éléments affectés au président du groupe parlementaire du PDCI  à l'Assemblée nationale ont reçu l'ordre de rentrer en caserne.

 

Maurice Kakou Guikahué, fervent pourfendeur de la récente tentative politique d'Alassane Ouattara (parti unifie, ndlr) en vue de 2020 et partisan d'un retour du PDCI  au pouvoir en 2020 avec le soutien du RDR, pourrait avoir été ainsi sanctionné par l’exécutif.

 

Contacté, un de ses collaborateurs commentera amèrement que sous le régime de Laurent Gbagbo, la sécurité  d'Alassane Ouattara n'a jamais été enlevée.

 

Une rencontre entre Alassane Ouattara  Ouattara et Henri Konan Bedié  à huis clos le 24 mai dernier, sans communication au préalable et à posteriori dans la presse, pourrait être à l'origine des récents mouvements au sein du PDCI.