Une semaine après son arrestation et les révélations d’amnesty international faites à son sujet, Koua Justin, Le Secrétaire général adjoint (Sga) du Front populaire ivoirien (Fpi, camp Sangaré) chargé des relations avec les syndicats et organisations de masse, Koua Justin, a décidé de mettre les choses au point.

Le jeudi 7 mai 2015, Amnesty International, ONG des Droits de l’Homme, a affirmé que Koua Justin avait subi des maltraitances à son arrivée au camp pénal de Bouaké.
« Justin Koua a d’ailleurs été transféré dans un centre médical pour traitement pour des blessures non-spécifiées », avait déclaré le communiqué .

 

En effet, un agent de l’ONUCI a rencontré le concerné pour vérifier l’information.
Voici ce qu’il m’a dit: « Je n’ai jamais été torturé par qui que ce soit depuis mon arrivée dans cette prison... J’ai été juste conduit à l’infirmerie du camp pénal pour un bilan de santé. On m’a dit que c’était une routine ici... Si vous voulez que je me porte mieux, alors libérez-moi tout de suite et vous verrez. Avez-vous déjà vu un détenu dire qu’il se porte bien en prison ? Mais de là à dire que j’ai été torturé, franchement, vous dépassez un peu les bornes. Pour vous, les droits de l’Homme, c’est seulement ici au camp pénal ? Où étiez-vous pendant tout ce temps ? », a rapporté l’agent de l’ONUCI de la cellule des droits de l’Homme.


Hubert Oulaye et Sébastien Dano Djédjé et Koua Justin ont été interpellés lundi 04 mai 2015.
Ces trois responsables appartiennent au groupe de dissidents du FPI, qui avait récemment élu Laurent Gbagbo à la tête du parti.
source : lecridabidjan