Kouamé Kassi alias Jack Bauer, président-fondateur de la coalition panafricaine pour une Afrique digne et libre (COPADL) s’est prononcé sur la situation sociopolitique le samedi 15 août dernier à Marcory. Selon lui, le gouvernement est dans l’incapacité de garantir la sécurité des candidats et des électeurs qui seraient à la merci des "microbes" et des ex-combattants non encore désarmés. « Face à l’insécurité grandissante à quelques mois des élections présidentielle développée par les derniers événements de Ferkessédougou et de Bouake, surtout ceux des microbes qui sévissent en toute impunité à Abidjan, aucun candidat sérieux ne peut aller à une élection à haut risque » a-t-il déclaré. Jack Bauer, comme d’autres leaders de la scène politique, souhaite qu’il y ait une transition politique en Côte d’Ivoire. A l’en croire, la transition souhaitée par l’ensemble de l’opposition au régime est suscitée par l’incapacité du gouvernement de garantie la sécurité des ivoiriens et le refus du chef de l’Etat de discuter avec l’opposition significative. Pour finir, le président de la COPADL a invité Alassane Ouattara qui se dit fils du président Houphouët-Boigny à discuter avec l’opposition comme le faisait son père, pour trouver des alternatives à la situation délétère que vivent les Ivoiriens à l’approche des élections présidentielles. « Pour la communauté nationale et africaine, ces élections doivent impérativement aboutir à la réconciliation nationale. Je lance alors un vibrant appel au pouvoir de discuter avec l’opposition et de créer un climat de sécurité sur toute l’étendue du territoire national afin de garantie une élection transparente, apaisée et sécurisée » a conseillé Kouamé Kassi alias Jack Bauer.

Publié le mercredi 19 aout 2015  |  Le Quotidien d’Abidjan