Adou Ouattara, 8 ans, avait tenté de passer la frontière de l'enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc. Découvert blotti le 7 mai dernier dans une valise, par la garde civile espagnole, ce frêle et émouvant petit garçon a été autorisé à rejoindre sa mère, en Espagne.

C'est une histoire qui finit bien... l'enfant ivoirien de huit ans qui s'était caché dans une valise pour tenter d'accéder à l'enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc, a obtenu jeudi une carte de séjour provisoire pour rejoindre sa mère.

Mais le père reste en détention, selon les autorités espagnoles.

Lors d'un contrôle à la frontière, la garde civile espagnole avait découvert le 7 mai, ce petit garçon de huit ans, Adou Ouattara, blotti dans une valise, recouvert d'habits et ayant du mal à respirer. La valise était transportée par une jeune femme de 19 ans, contrôlée alors qu'elle empruntait le passage pour piétons vers cette enclave espagnole de moins de 20 km2 située dans le nord du Maroc.

Le père de l'enfant, Ali Ouattara avait, lui, été arrêté peu de temps après lorsqu'il avait traversé la même frontière. Cet Ivoirien et son épouse, Lucie Ouattara, sont légalement installés dans l'archipel espagnol des Canaries, au large des côtes d'Afrique de l'Ouest, mais l'enfant n'avait pas d'autorisation de séjour. C'est désormais chose faite et Abou Ouattara va pouvoir retrouver sa mère, Lucie Ouattara.

«Le secrétariat général à l'Immigration lui a octroyé une autorisation temporaire de résidence d'un an en Espagne, pour des raisons extraordinaires prévues par la loi», a expliqué un porte-parole de la préfecture de Ceuta. «Au bout d'un an, j'imagine qu'un renouvellement de l'autorisation sera demandé», a-t-il ajouté.

LECRIDABIDJAN