La frontière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso a été fermée suite aux mouvements d’humeur des militaires signalés vendredi à Bouaké et dans certaines localités du pays, rapporte l’AIP de sources sécuritaires

 

Des hommes en tenue militaire auraient mis des barrages à la frontière, à Laléraba, vendredi matin pour empêcher les véhicules d’entrer ou de sortir du pays, mettant ainsi fin au travail des forces régulières chargées d’assurer le trafic en ce lieu.

 

Quant à la frontière avec le Mali, elle reste ouverte jusqu’à présent, ont précisé ces sources.

 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, aux environs de 0h 30, un groupe de militaires a fait irruption à l’Etat-major de la 3ème région militaire, à Bouaké, en faisant usage d’armes à feu pour revendiquer le paiement de primes, l’augmentation de salaires, la réduction du temps à passer dans les grades et des éclaircissements à propos d’une supposée prime « ECOMOG », selon un communiqué du ministère de la Défense. D’ailleurs, le ministre appelle tous les soldats à garder leur calme et à rentrer dans les casernes, en vue de permettre la recherche de solutions durables pour l’ensemble des composantes des Forces Armées de Côte d’Ivoire, indique ledit communiqué.

 

Avec AIP