Quatre personnes arrêtées, Dahi Nestor échappe
Les organisateurs de la marche du 9 juin ont donné rendez-vous à la presse ce matin pour faire le bilan exhaustif de leur action. Hélas ! Ils n’iront pas au bout puisqu’à peine la conférence commencée que des policiers en tenue comme en civil débarquent sur les lieux (Deux Plateaux, station mobile, dans une villa) pour intimer l’ordre de tout arrêter et demander aux organisateurs de vouloir les suivre. Pendant ce temps, d’autres policiers à bords de cargos et des agents du CCDO (unité en charge des opérations de sécurité du district d’Abidjan) bouclaient tout le périmètre. Avec ce stratagème, ils réussissent à arrêter Alain Durand Zagol, président de la jeunesse de l’Ung (Union des nouvelles générations), Cissé Mariam du bureau national de la Jfpi, tendance Sangaré, le webjournaliste Laeticia N’guessan de Séplou info et un habitant du quartier qui, par curiosité, était venu suivre la scène. Dahi Nestor (Sn Jfpi), Serge Emile Aléba (président de la jeunesse de l’Udcy) et Achille Gnahoré des agoras et parlements ont profité du tumulte occasionné pour s’échapper en escaladant la clôture, la seule entrée ayant été bouclée.

Les interpellés ont été conduits à la préfecture de police au Plateau. Ces quatre arrestations portent à 19 le nombre des prévenus pendant et après la marche. Le bilan s’établit également à 4 morts dont 3 bébés, selon les organisateurs.

Comme nous l’écrivions ici, un plan d’arrestation des organisateurs de la marche avait été bouclé peu avant la manifestation proprement dite. Le ministère de l’intérieur qui a confirmé le bilan d’un mort à Guiglo a promis d’engager des poursuites pour défiance à l’autorité. Dont acte !

Dahi Nestor qui vit pratiquement une clandestinité depuis l’arrestation de Koua Justin suite au congrès de Mama n’est pas au bout de ses peines. C’est tous les jours qu’il fait l’objet de menaces d’arrestation.