SOURCE l notre voie du mardi 24 juin 2014
L’ex-chef rebelle, martin fofié Kouakou, com’zone de
la région de Korhogo, nommé par ouattara, commandant de
la compagnie territoriale de Korhogo, a confisqué les
affaires personnelles du président Laurent Gbagbo.
a travers une conférence publique, dimanche dernier au
QG du fPi à abidjan-attoban, mes félix Bobré et dako
Zahui, deux avocats, ont permis d’opérer un retour sur la
détention à Korhogo du président Gbagbo et sa déportation
à La haye. «Après son transfèrement, le président nous a
écrit pour lui faire envoyer ses effets personnels. Il a insisté
sur ses livres, ses lunettes et quelques habits, parce qu’il
n’avait rien pris quand ils l’ont fait monter dans l’avion», a
confié un des avocats aux femmes du fpi. mais, à en
croire le juriste, fofié Kouakou a catégoriquement refusé. et
pourtant, les conseils du président renversé ont saisi le procureur de la république de sa volonté de rentrer en possession de ses affaires personnelles.
celui-ci leur a demandé d’adresser une requête
au juge d’instruction. et, depuis, la procédure reste sans
suite. Que fait l’ancien rebelle fofié Kouakou avec les habits d’un président de la république, fut-il renversé ? «C’est la méchanceté gratuite, mais c’est aussi une haine aveugle et
égoïste», a commenté une militante du fpi. car, pour elle,
fofié et Gbagbo n’ont pas la même taille. «Même si c’était
le cas, pourquoi Fofié doit porter les habits personnels de
Laurent Gbagbo? Pourquoi ne s’achète-t-il pas d’habits à lui même ?», se sont interrogées de nombreuses militantes.
selon les avocats, l’action de fofié n’est pas forcément du
goût de tous ceux qui gardaient Laurent Gbagbo qui,
pour la plupart, étaient au bord des larmes lorsqu’ils ont su
qu’il devrait partir. «Le président Laurent Gbagbo a su
semer la sympathie autour de lui au point que c’est lui qui réconfortait ceux qui le gardaient, avec le sens
d’humanisme qu’on lui connaît. On l’a entendu dire :
«Il faut tenir, petit IB», a indiqué un des avocats.
il faut espérer que c’est par admiration pour Laurent
Gbagbo que le chef de guerre de 2002 a confisqué ses effets
personnels. sinon il y a de quoi désespérer de cette personnalité qui n’arrive pas à faire la différence entre un
bien personnel et un bien
public