Dans l’esprit du Président Laurent Gbagbo, les choses sont claires : Il ne moisira pas en prison à La Haye. Il se dit confiant en l’avenir car il est certain qu’il sortira de cette prison qu'est la CPI. Pour lui, cette situation n'est qu'une étape par laquelle il fallait passer pour être libre.

 

Information révélée par madame Bamba Massany, vice-présidente du FPI de Laurent Gbagbo chargée de la famille et de l’enfant, le samedi 21 novembre dernier au cours d’une réunion de l’association « Gbagbo Kafissa » dont elle est la présidente à Gonzagueville, quartier situé aux alentours de la commune de Port-BouËt à Abidjan, comme le rapporte notre confrère « le Temps » en sa Une du 23 novembre 2015.

En effet, lors de sa récente visite à La Haye le 02 octobre 2015, elle a été agréablement surprise d’être consolée par le Président Laurent Gbagbo, elle qui pensait aller le consoler et lui remonter le moral.

Ce fut un Laurent Gbagbo bien dans ses bottes qui lui remonta le moral et lui demanda de tenir bon car bientôt il sera de retour au pays.

 

Et le Président de lui expliquer que tout ça fait partie du combat. Il a été transféré à La Haye pour que la Côte d’Ivoire soit un état libre et souverain. Il porte donc sa croix et il encourage tout un chacun à porte la sienne.

Certains comme Affi N’guessan ont refusé de porter la leur et ont choisi la voie de la trahison, dira le célèbre prisonnier de la Haye.

Pour le Président Laurent Gbagbo, la raison de son transfert à la Cour pénale internationale est parce qu’il a posé le problème du FCFA, notre monnaie commune encore gérée par la France. C’était un crime de le faire, la ligne rouge à ne pas franchir, d’où son transfert à la CPI et l’installation de Ouattara, un dirigeant docile qui protège sans scrupules leurs intérêts au détriment de ceux de la Côte d’Ivoire.

Voici en substance la bonne nouvelle annoncée samedi dernier par Bamba Massany aux membres de son association « Gbagbo Kafissa ».

Nous y reviendrons.

 

Serge Touré