Les photos du prisonnier politique, Charles Blé Goudé, publiées, le mercredi dernier, par le ministère de l’intérieur, sont-elles aussi récentes que l’affirme M. Hamed Bakayoko ? Est-ce ce Blé Goudé que ses avocats ont rencontré, mardi, lors d’une audition de 6h par un juge d’instruction ? Nos investigations
et l’analyse minutieuse de ces photos nous ont permis de comprendre que le régime Ouattara a
servi de la manipulation et des contrevérités à l’opinion publique ivoirienne. Visiblement sonné par les photosrévélations sur les conditions inhumaines de détention de Charles Blé Goudé et Jean- Yves Dibopieu dans les locaux de la direction de la surveillance du territoire (Dst) à Abidjan-Cocody, le Pouvoir a rué dans les brancards en produisant un photoreportage sur Blé Goudé à
l’allure d’un film hollywoodien. Où le détenu, hilare, se réjouit pratiquement d’être privé de liberté. Impensable! Deux détails essentiels trahissent les auteurs de cette mise en scène. Sur sa page
facebook, le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, indique bien que les cinq photos qu’il a publiées ont été prises à 11h30mn, le mercredi 12 mars 2014. L’une d’elles montre Charles Blé Goudé assis sur une chaise en plastique en train de suivre un film sur la chaîne de télévision RTI 1. Un saut sur
le site internet de RTI1 nous a permis de constater qu’à 11h30 min, ce mercredi-là, aucun film n’était diffusé. Le programme de la chaîne à la mi-journée s’établ issai t comme suit : 11h01: Série
ivoirienne : « Foyer polygamique (saison 2) ; 11h30 : Midi chez nous ; 13h : Journal télévisé ; 13h 45 mn :
feuilleton: Casa De Al Lado. Il n’y a point de doute, les photos n’ont pas été prises à 11h30. On voit Blé Goudé regardant un film mais ce n’était pas mercredi à 11h30. Pour convaincre l’opinion, il
aurait fallu que M. Hamed Bakayoko présente une télévision sans image. Il avait certainement tout prévu sauf ce détail. Mais il y a plus. L’une des photos montre Blé Goudé devant un placard et tenant
en main une chemise. Cette chemise est celle que Blé Goudé portait lors de sa première audition par un juge d’instruction, le mercredi 23 janvier 2013, au palais de justice du Plateau (Abidjan). On peut en déduire que les photos qu’Hamed Bakayoko présente comme ayant été prises, mercredi dernier, ont
été faites, en réalité, il y a plus d’un an. Précisément, le jour où Blé Goudé s’apprêtait à se rendre au palais de justice pour être entendu. Mardi dernier, à peine 48h après la publication des photos
de maltraitance prises à la Dst, les avocats de Charles Blé Goudé ont enfin la possibilité
de le voir. Et cela à l’occ a s i o n d ’ u n e audition-surprise organisée par le juge d’instruction. Une
occasion qu’ils attendaient depuis le 2 août 2013. Soit depuis huit mois. Et leur constat est tout simplement ahurissant. « Nous avons trouvé M. Charles Blé Goudé très amaigri, épuisé et portant
visiblement les séquelles des conditions inhumaines de sa détention au secret depuis près de quatorze mois (conditions qu’il nous a encore confirmées) », affirment les avocats dans un
communiqué daté du mardi 11 mars 2014. Quelques heures seulement après l’interrogatoire
qui s’est déroulé dans un lieu secret. Et plus de 24h avant les photos dites récentes du ministre de l’intérieur. Alors question : comment un homme qui venait à peine de dire à ses avocats qu’il était
maltraité pouvait-il, quelques heures plus tard, paraître tout heureux et aussi rayonnant que sur les
photos présentées par le ministre de l’Intérieur ? En tout cas, même des personnes proches du camp
Ouattara et qui ont pu voir Charles Blé Goudé, le jour de l’audition, mardi dernier, n’en reviennent pas après avoir vu les photos publiées par Hamed Bakayoko. « C’est révoltant ce qui se passe, on ne se comporte pas comme ça quand on dirige des hommes », s’est plaint une source proche du Rhdp
qui a requis l’anonymat. Les avocats de Charles Blé Goudé tiennent d’ailleurs aujourd’hui
à 13 h une conférence de presse au restaurant Bmw aux Deux- Plateaux (Abidjan-Cocody)
pour se prononcer sur cette
actualité.
notrevoie du vendredi 14 mars 2014