-Le « Juge » et doyen Coulibaly Ousmane Victor (8eme cabinet) se distingue, d’après des sources concordantes à Abidjan, par son mépris, voire son sadisme envers les prisonniers politiques ivoiriens, violant les lois qu’il est censé appliquer. Ainsi sur 14 prévenus arrêtés le 23 Décembre 2012 (soi-disant attaque du camp d'Agban gendarmerie), la moitié a été libérée, tandis que 7 personnes restent en détention sans explications ; ce qu il applique par ailleurs à une cinquantaine de détenus reconnus innocents, qu’en militant du régime (et contrairement aux autres juges), il se refuse à faire libérer, en l’absence de charges et bien entendu de jugements.
- Malgré le serment d’Esculape, la simple éthique médicale ou la seule humanité, des médecins des CHU d’Abidjan se sont refusés à soigner des prisonniers politiques issus de la MACA, malades et très affaiblis par la vingtaine de jours de jeune qu’ils mènent au nom des 450 prisonniers politiques du Goulag d’Alassane Ouattara ; quoique au plus mal, ils ont été renvoyés sans soins à la sinistre maison d’Arrêt d’ Abidjan, antichambre de l’enfer. Il s’agit notamment du « docteur » KOTCHI ACHILLE, médecin chef du C.H.U d Treichville, officiant aux « Urgences ».
A quand les sanctions et révocations…s’il y a encore une justice ???
Plusieurs morts déjà au Goulag ivoirien, depuis 2011, et des dizaines de disparus, probablement liquidés par les tortionnaires de la dictature Ouattara.

Michel Galy