SOURCE NOTRE VOIE  le  05/06/2014 05:53:49

les ivoiriens âgés de plus de 16 ans vont débourser,
désormais, la somme de 5.000 fcfa pour obtenir leur
carte nationale d’identité (cni). cette mesure prendra
effet en juillet. c’est la décision prise hier par le gouvernement ouattara, au terme du conseil des ministres qui s’est tenu, au Palais présidentiel  à abidjan-Plateau. le
porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno nagbané
Koné, a soutenu que c’est l’ordonnance modifiant
l’article 109 du code général des impôts relative au droit
de timbre sur la cni qui a fixé le montant de 5.000 fcfa
pour tenir compte des équipements nécessaires à sa
fabrication. constat fondamental. cette décision est prise dans un environnement de paupérisation généralisée en côte
d’ivoire. Depuis plus de trois ans, la pauvreté s’est accrue
en côte d’ivoire. alassane ouattara parvenu au pouvoir,
suite à une rébellion armée doublée d’une crise
postélectorale, a mis en place une politique économique
d’appauvrissement des masses populaires. instauration
de taxes dans tous les secteurs, chômage endémique,
fermeture de Pme/Pmi etc. l’argent ne circule pas en côte d’ivoire. le panier de la ménagère est devenu un sachet. comment les familles nombreuses et pauvres
vont-elles trouver l’argent pour confectionner la cni
pour chaque membre de la famille dont les adolescents
âgés de 16 ans? où les paysans appauvris par la chute
vertigineuse du prix de leurs produits (cacao, hévéa etc.)
vont-ils eux aussi trouver ces 5000 fcfa ?
c’est conscient des difficultés des ivoiriennes
que laurent Gbagbo, pendant les dix années
qu’il a passées au pouvoir, n’a jamais rendu la cni
payante. elle était gratuite. alors que confronté à un
pays divisé en deux dont le nord était occupé par la rébellion
armée, le Président Gbagbo avait plus besoin
d’argent pour faire fonctionner l’etat. il a plutôt préféré
mettre en place une politique économique innovante que
de « tuer » les ivoiriens. Pour ouattara, la préoccupation
n’est visiblement pas le sort des ivoiriens. le
décès tragique par immolation de madiara ouattara
constitue une preuve éloquente. la différence de
gouvernance entre laurent Gbagbo et alassane Dramane
ouattara s’affirme de plus en plus.