RÉACTION DU Dr. Patrice SARAKA SUITE A LA CONFIRMATION DES CHARGES CONTRE LE MINISTRE CHARLES BLÉ GOUDÉ

La Chambre préliminaire I de la Cour Pénale Internationale (CPI), dans une décision rendue publique ce Jeudi 11 Décembre 2014 vient de confirmer les charges alléguées contre le Ministre Charles Blé Goudé.

Le monde entier a pourtant été témoin de l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges qui s’est tenue du 29 Septembre au 02 Octobre 2014. A cette occasion, dans une brillante démonstration juridique, arguments contre arguments, preuves contre allégations, le Ministre Charles Blé Goudé et sa Défense ont mis à nu la vacuité du dossier de l’accusation qui résiste peu à la rigueur du droit. D’ailleurs, les accusations de la Procureure sont si faibles que les Juges n’ont pas été unanimes ; la Juge Belge Christine Van Den Wyingaert a encore eu une opinion dissidente.

Malgré tout, la CPI a réussi l’alchimie juridique. Elle vient de servir au monde entier sa récitation préférée, en rendant publique sa dictée préparée. Par la même occasion, la CPI vient de confirmer les charges que les citoyens épris de justice et de liberté ont contre elle c’est-à-dire sa vraie nature et sa vraie mission : une cour politique instrumentalisée au service des plus forts ; une cour politique manipulée au service de certains gouvernements pour éloigner des adversaires politiques gênants.
Pour ceux qui en doutaient encore, la CPI rappelle ainsi qu’il ne suffit pas d’avoir raison pour être acquitté ; il ne suffit pas d’être innocent pour ne pas être inquiété par la justice internationale. Il faut surtout être fort ou être en phase avec les plus forts ou encore être sous la couverture protectrice des plus forts.
C’est à juste titre que Charles Blé Goudé s’interrogeait devant la cour le 02 Octobre dernier en ces termes : « Quel monde voulons-nous bâtir ? (…) Un monde sans valeurs morales ? Un monde sans repère où il nous faut seulement apprendre à gagner sans avoir raison, comme le disait Check Amidou Kane dans son célèbre roman "l'aventure ambiguë" ? Sommes-nous dans un monde ambigu » ? Nous sommes tentés de répondre par l’affirmative.

En réalité, Charles Blé Goudé est victime de son innocence, de sa popularité, de son charisme, de sa casquette noire, de sa gestuelle et de sa philosophie politique de victoire par la non-violence (victoire aux mains nues) qui le caractérisent.

Ainsi, même si, vu sous l’angle purement juridique, cette décision peut paraître surprenante, du point de vue politique, elle ne devrait guère nous étonner.
De même, cette autre page de la CPI ne doit nous ébranler outre mesure. D’ailleurs, le Ministre Charles Blé Goudé, en homme politique averti, en homme lucide et réaliste, n’en est point surpris, quoique pour lui, la CPI avait tout intérêt à saisir cette autre opportunité que lui offrait cette audience, pour se réhabiliter, redorer son image plus ternie afin de redonner confiance aux citoyens du monde qui continuent légitimement de rêver d’une justice internationale crédible, indépendante et impartiale.
Du fond de sa cellule, il est préparé à aller à un procès sans appréhension, sans crainte aucune. Il estime que toute épreuve rencontrée dans notre vie ici-bas est bénéfique, à celui qui la subit injustement, pour sa construction, son accomplissement et sa justification à venir.
C’est dire que, nous contestons le bien-fondé de cette décision mais Charles Blé Goudé veut en faire une opportunité, un atout pour la manifestation de la vérité à laquelle il tient tant, pour que son Honneur piétiné soit lavé, pour que sa Dignité bafouée soit rétablie.

A ce stade de mon propos, il me plait de marquer un arrêt pour féliciter encore le Ministre Charles Blé Goudé et son équipe de Défense qui ont réussi à dévoiler la tunique politique de la CPI, en levant le voile juridique en fumée dont elle s’entêtait à se revêtir.

Je voudrais particulièrement lui dire ma fierté personnelle ainsi que celle de tous ceux qui croient en lui, celle des ivoiriens, des africains et des citoyens du monde qui continueront de se mobiliser pour sa libération dont la CPI elle-même indique si bien la voie.

En effet, à travers cette décision la CPI nous rappelle que le Ministre Charles Blé Goudé a été déporté à La Haye pour des raisons politiques et qu’il n'en sortira que par la mobilisation permanente et par l’action politique. C’est aussi à ce prix que nous réussirons à faire de ce monde un monde meilleur, un monde moins ambigu, un monde moins cynique, un monde de Justice, de Liberté et d’Egalité.

Vive la Liberté et la Justice dans le monde
Que Dieu protège les opprimés et les plus faibles

Fait à Abidjan, le 11 Décembre 2014

Dr. Patrice SARAKA

Porte-parole du Ministre Charles Blé Goudé

RÉACTION DU Dr. Patrice SARAKA SUITE A LA CONFIRMATION DES CHARGES CONTRE LE MINISTRE CHARLES BLÉ GOUDÉ

La Chambre préliminaire I de la Cour Pénale Internationale (CPI), dans une décision rendue publique ce Jeudi 11 Décembre 2014 vient de confirmer les charges alléguées contre le Ministre Charles Blé Goudé.

Le monde entier a pourtant été témoin de l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges qui s’est tenue du 29 Septembre au 02 Octobre 2014. A cette occasion, dans une brillante démonstration juridique, arguments contre arguments, preuves contre allégations, le Ministre Charles Blé Goudé et sa Défense ont mis à nu la vacuité du dossier de l’accusation qui résiste peu à la rigueur du droit. D’ailleurs, les accusations de la Procureure sont si faibles que les Juges n’ont pas été unanimes ; la Juge Belge Christine Van Den Wyingaert a encore eu une opinion dissidente.

Malgré tout, la CPI a réussi l’alchimie juridique. Elle vient de servir au monde entier sa récitation préférée, en rendant publique sa dictée préparée. Par la même occasion, la CPI vient de confirmer les charges que les citoyens épris de justice et de liberté ont contre elle c’est-à-dire sa vraie nature et sa vraie mission : une cour politique instrumentalisée au service des plus forts ; une cour politique manipulée au service de certains gouvernements pour éloigner des adversaires politiques gênants.
Pour ceux qui en doutaient encore, la CPI rappelle ainsi qu’il ne suffit pas d’avoir raison pour être acquitté ; il ne suffit pas d’être innocent pour ne pas être inquiété par la justice internationale. Il faut surtout être fort ou être en phase avec les plus forts ou encore être sous la couverture protectrice des plus forts.
C’est à juste titre que Charles Blé Goudé s’interrogeait devant la cour le 02 Octobre dernier en ces termes : « Quel monde voulons-nous bâtir ? (…) Un monde sans valeurs morales ? Un monde sans repère où il nous faut seulement apprendre à gagner sans avoir raison, comme le disait Check Amidou Kane dans son célèbre roman "l'aventure ambiguë" ? Sommes-nous dans un monde ambigu » ? Nous sommes tentés de répondre par l’affirmative.

En réalité, Charles Blé Goudé est victime de son innocence, de sa popularité, de son charisme, de sa casquette noire, de sa gestuelle et de sa philosophie politique de victoire par la non-violence (victoire aux mains nues) qui le caractérisent.

Ainsi, même si, vu sous l’angle purement juridique, cette décision peut paraître surprenante, du point de vue politique, elle ne devrait guère nous étonner.
De même, cette autre page de la CPI ne doit nous ébranler outre mesure. D’ailleurs, le Ministre Charles Blé Goudé, en homme politique averti, en homme lucide et réaliste, n’en est point surpris, quoique pour lui, la CPI avait tout intérêt à saisir cette autre opportunité que lui offrait cette audience, pour se réhabiliter, redorer son image plus ternie afin de redonner confiance aux citoyens du monde qui continuent légitimement de rêver d’une justice internationale crédible, indépendante et impartiale.
Du fond de sa cellule, il est préparé à aller à un procès sans appréhension, sans crainte aucune. Il estime que toute épreuve rencontrée dans notre vie ici-bas est bénéfique, à celui qui la subit injustement, pour sa construction, son accomplissement et sa justification à venir.
C’est dire que, nous contestons le bien-fondé de cette décision mais Charles Blé Goudé veut en faire une opportunité, un atout pour la manifestation de la vérité à laquelle il tient tant, pour que son Honneur piétiné soit lavé, pour que sa Dignité bafouée soit rétablie.

A ce stade de mon propos, il me plait de marquer un arrêt pour féliciter encore le Ministre Charles Blé Goudé et son équipe de Défense qui ont réussi à dévoiler la tunique politique de la CPI, en levant le voile juridique en fumée dont elle s’entêtait à se revêtir.

Je voudrais particulièrement lui dire ma fierté personnelle ainsi que celle de tous ceux qui croient en lui, celle des ivoiriens, des africains et des citoyens du monde qui continueront de se mobiliser pour sa libération dont la CPI elle-même indique si bien la voie.

En effet, à travers cette décision la CPI nous rappelle que le Ministre Charles Blé Goudé a été déporté à La Haye pour des raisons politiques et qu’il n'en sortira que par la mobilisation permanente et par l’action politique. C’est aussi à ce prix que nous réussirons à faire de ce monde un monde meilleur, un monde moins ambigu, un monde moins cynique, un monde de Justice, de Liberté et d’Egalité.

Vive la Liberté et la Justice dans le monde
Que Dieu protège les opprimés et les plus faibles

Fait à Abidjan, le 11 Décembre 2014

Dr. Patrice SARAKA

Porte-parole du Ministre Charles Blé Goudé