"L’histoire a toujours démontré que la répression des manifestations démocratiques et les arrestations des cadres de l’opposition, n’ont jamais résolu aucun problème."

Cette avec tristesse que le Ministre Charles Blé Goudé, Président fondateur du COJEP a appris l’arrestation des camarades de lutte, les Ministres Hubert Oulaye, Danon Djédjé et de Koua Justin, trois responsables du Front Populaire Ivoirien (FPI), par les autorités ivoiriennes, le lundi 04 Mai 2015.

Ces arrestations viennent confirmer ce que le Ministre Charles Blé Goudé soupçonnait déjà par l’activisme suspect du pouvoir dans la crise interne au FPI : la remise en cause des acquis démocratiques. Pour le Ministre Charles Blé Goudé, à la veille d’échéances électorales aussi importantes pour notre pays, l’arrestation de ces hauts responsables du FPI, principal parti de l’opposition, vient en rajouter à l’atmosphère déjà trop lourde : cela inquiète.

Par ma voix, le Ministre Charles Blé Goudé apporte son soutien et son réconfort aux camarades emprisonnés et demande à leurs différentes familles tant politique que biologique de ne point désespérer car la prison n’est pas seulement un lieu d’enfermement ; c’est aussi un lieu d’enseignement, de réflexion et de conception.
Aux autorités d’Abidjan, le Ministre Charles Blé Goudé demande la relaxe pure et simple des responsables politiques écroués. Il demande aux organisations de droits de l’homme, aux chancelleries et aux organisations internationales de s’impliquer dans la libération des prisonniers politiques et d’aider la Côte-d’Ivoire à devenir de nouveau un état démocratique.

L’histoire a toujours démontré que la répression des manifestations démocratiques et les arrestations des cadres de l’opposition, n’ont jamais résolu aucun problème ; bien au contraire, elles sont source de conflits ; ce dont notre pays n’a point besoin en ce moment. C’est pourquoi il urge de mettre un terme à la traque des responsables politiques et syndicaux à laquelle l’on assiste depuis quelques temps.

Si la Côte-d’Ivoire aspire à être un état véritablement démocratique, il convient de protéger le jeu démocratique et de garantir les libertés collectives et individuelles.

Fait à Abidjan le 07 Mai 2015

POUR LE MINISTRE CHARLES GOUDE, PRÉSIDENT DU COJEP
Le Porte-parole
Dr. Patrice Saraka