Le Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (COJEP) s’offusque et condamne «l’interdiction» de la mise en vente du livre- témoignage, «de l’enfer, je reviendrai» de son leader Charles Blé Goudé par le régime d’Abidjan.

 

Selon un communiqué signé de son porte-parole, Sita Coulibaly, et transmis à APA lundi, cette décision est «une atteinte à la liberté d'expression par les autorités ivoiriennes ». Présentant l'ouvrage, le porte-parole du COJEP a indiqué que « cette œuvre de l'esprit n'est autre qu'un condensé d'informations et de faits tragiques vécus » par l'ex-leader estudiantin.

 

« Le COJEP exprime son regret face à cette décision triviale, liberticide et anachronique qui ne saurait faire bon ménage avec la démocratie dont se réclame le régime d'Abidjan », souligne le communiqué du parti de l'ex-leader de la jeunesse patriotique détenu à la prison de la Haye au Pays-Bas.

 

Pour le COJEP qui en appelle à ‘'toutes les organisations nationales et internationales de droit de l'homme afin d'interpeller les autorités ivoiriennes'', cette censure s'inscrit au rang « des dérives

visant à mettre en mal la cohésion sociale ».

 

« De l'enfer, je reviendrai » de Charles Blé Goudé publié le 24 mars dernier par les Editions du Moment, a été interdit de vente en Côte d'Ivoire selon son avocat Me Simplice Séri Zokou qui accuse le ministre de l'intérieur .

 

APA