Le vice-président du congrès pour la Justice et l’egalité des Peuples (coJeP), par ailleurs, président par intérim, angenor
Youan Bi, était, le samedi 20 septembre dernier, l’invité
de la Jeunesse du sanwi engagée pour la libération
de Laurent Gbagbo (JseL-Laurent Gbaggbo), représentation
locale de la Jeunesse de côte d’ivoire engagée pour
la libération du président Gbagbo (JcieL-Laurent
Gbagbo). dans une ambiance de retrouvailles, le
collaborateur de charles Blé Goudé, a entretenu le
nombreux public présent sur l’actualité sociopolitique,
mais surtout sur la nécessité de se mobiliser
pour la libération de Laurent et simone Gbagbo,
Blé Goudé et de tous les autres prisonniers politiques.
angenor Youan Bi a estimé que l’actuel chef de
l’etat, alassane dramane ouattara, a échoué dans
sa réconciliation, « Environ cinq cents (500) Ivoiriens
anonymes croupissent en prison. Plus on les garde
longtemps, plus la rancoeur et la rancune s’installent
dans les coeurs. Je sors de prison et je sais ce qu’il s’y
passe. Les prisonniers politiques sont entassés au
nombre de soixante à soixante-dix dans la même
cellule et sont sans sécurité, ni nourriture. Des maisons
et plantations de pro-Gbagbo sont toujours occupées », a révélé l’exprisonnier politique. Pour lui, un changement s’impose en 2015 à la tête du pays afin que les ivoiriens
se réconcilient véritablement. « Ce pouvoir s’en ira
à la suite d’élections démocratiques en 2015. Il a peur
de la démocratie, des marches et des meetings.
La Côte d’Ivoire a besoin d’un homme de paix et de
pardon, qui a fait ses preuves, » a-t-il souligné.
avant de comparer Laurent Gbagbo et d’alassane
ouattara. « Gbagbo est un historien. Il a toujours
prôné la transition pacifique à la démocratie et a demandé
l’application stricte de la constitution ; ce qui a
permis à Bédié de succéder à Houphouët en 1993.
Gbagbo a toujours été un homme de paix et un démocrate.
C’est cet homme de paix qui se trouve aujourd’hui
à La Haye, » a déploré l’ex-prisonnier
politique. Parlant de ouattara, il dira que ce celui-ci
est un économiste, mais malgré cela, « la vie est devenue
plus chère. Des promotions de sages-femmes
de 2009 sont au chômage, malgré le déficit en personnel.
Il n’y a pas de démocratie. » face « aux
brimades, tortures et humiliations, » il a demandé aux
jeunes de ne jamais reculer. angenor Youan Bi a
rendu hommage aux leaders du fPi en exil, à Bléhoué
aka, au maire rdr d’aboisso et à la chefferie
traditionnelle. auparavant sont intervenus Kpélé
serges, président local de la JseL-Laurent Gbagbo et
le tout nouveau fédéral du fPi, eby assiahué. Kpélé
serges s’est réjoui de la tenue de cette rencontre
dans un lieu public. inimaginable, il y a quelques
mois.

autre presse