Bir Lahlu (territoires sahraouis libérés), 20 avr 2014 (SPS) Le président de la République, Mohamed Abdelaziz a dénoncé la visite du Ministre d'État, Ministre de l'Intérieur et de la Sécurité en République de Côte d'Ivoire, à Dakhla, partie du territoire de la République Arabe Sahraouie Démocratique occupé par le Royaume du Maroc.
"Nous avions été surpris par les informations rapportées, ce vendredi, 18 avril 2014, par les médias officiels du Maroc relatives à l’accueil réservé par le Roi du Maroc, Mohamed VI à M. Hamed Bakayoko, Ministre d'État, Ministre de l'Intérieur et de la Sécurité en République de Côte d'Ivoire, à Dakhla, partie du territoire de la République Arabe Sahraouie Démocratique occupé par le Royaume du Maroc", a écrit le président de la République dans une lettre à son homologue, Alassane Dramane OUATARA, président de la République de Cote d’Ivoire.
"Suite à cette visite, nous voudrions, Excellence, Monsieur le Président vous transmettre notre vive protestation officielle. Notre vœu le plus cher est que la République de d'Ivoire, demeure loin des manœuvres dilatoires, attachée fermement à une attitude positive qui préserve la Charte et les résolutions de l'Organisation des Nations Unies et l'Union africaine", a estimé le président sahraoui.

Voici à présent le texte intégral de la lettre du président Mohamed Abdelaziz à son homologue de la République de Cote d’ivoire :

"SEM. Alassane Dramane OUATARA,
Président de la République de Cote d’Ivoire
Abidjan.

Excellence Monsieur le Président,

Nous avions été surpris par les informations rapportées, ce vendredi, 18 avril 2014, par les médias officiels du Maroc relatives à l’accueil réservé par le Roi du Maroc, Mohamed VI à M. Hamed Bakayoko, Ministre d'État, Ministre de l'Intérieur et de la Sécurité en République de Côte d'Ivoire, à Dakhla, partie du territoire de la République Arabe Sahraouie Démocratique occupé par le Royaume du Maroc.
Le Gouvernement de la République Arabe Sahraouie Démocratique n’a aucun inconvénient, ni dans le passé, ni dans le présent et encore moins dans l’avenir à ce que les relations existant entre votre Pays et le Maroc se raffermissent, se consolident davantage et se traduisent, au plus haut niveau, par des avancées concrètes dans tous les domaines de la coopération. Alors qu’aucun Etat dans le monde ne reconnait au Maroc de souveraineté sur le Sahara Occidental, il serait donc inconcevable d’accepter le fait que ces relations soit en contradiction avec le droit international dès lors qu’elles encouragent ou cautionnent la politique marocaine d’occupation de notre pays.

Excellence Monsieur le Président,

Vous n’ êtes pas sans savoir que Le Sahara occidental est un territoire non autonome qui relève de la responsabilité de l’ONU, et que son occupation militaire par le Maroc depuis le 31 octobre 1975 est une atteinte grave au droit international, à la Charte et aux résolutions de l’ONU et de l’Union africaine dont la RASD est un pays fondateur. La politique marocaine d’occupation, d’oppression et de pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental compromet les efforts en cours de la Communauté internationale pour parvenir à une solution juste et pacifique du conflit.
Le Royaume du Maroc essaie, malheureusement, d’imposer l’occupation illégale du Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique, comme un fait accompli alors que cette question est un problème de décolonisation, justiciable de la Résolution 15/14 de l’ONU comme l’ont confirmé avec force toutes les résolutions, comme vient de l’ indiquer, dans son dernier rapport, le Secrétaire Général des Nations Unies, et dont la solution réside dans l’exercice par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination.
Le Royaume du Maroc use de tous les moyens, y compris les relations diplomatiques le liant à d’autres pays pour les impliquer à reconnaitre son occupation du Sahara occidental ou dans le bradage de ses richesses naturelles, ce qui est soi contraire aux principes pertinents du droit international.
Dans ce contexte, nous avons été surpris par l’accueil réservé au ministre d’Etat de la République de Cote d’Ivoire dans une ville sahraouie sous occupation marocaine et son exploitation médiatique dans les médias officiels marocains dans un objectif vain, celui d’essayer de faire entériner l’occupation illégale de notre pays.
Votre pays s’est distingué depuis le début du conflit par sa position positive et constructive. On se souvient parfaitement de l’ancien Ministre des Affaires étrangères ivoirien, M. Siméon Aké , qui a dirigé la mission d’enquête des Nations Unies au cours de la période de la colonisation espagnole de notre pays en 1975 , et dont le rapport insiste clairement sur l’impérieuse nécessité d’organiser un référendum d’autodétermination par lequel le peuple sahraoui décidera souverainement de son sort.
Une telle visite à une ville sous occupation marocaine, le calendrier et le contexte dans lequel elle a été organisée n’honorent en rien le peuple de la République de Cote d' Ivoire, ni son gouvernement, ni son Président, élu démocratiquement en la personne de SEM. Alassane Ouattara.
Suite à cette visite, nous voudrions, Excellence, Monsieur le Président vous transmettre notre vive protestation officielle. Notre vœu le plus cher est que la République de d'Ivoire, demeure loin des manœuvres dilatoires, attachée fermement à une attitude positive qui préserve la Charte et les résolutions de l'Organisation des Nations Unies et l'Union africaine.
Veillez, agréer, Excellence Monsieur le Président les assurances de mon estime et de ma haute et parfaite considération.

Bir Lahlu, le 19 avril 2014

Mohamed ABDELAZIZ,
Président de la République Arabe Sahraouie Démocratique
Secrétaire Général du Front POLISARIO". (SPS)
020/090/100 202100 AVR 014 SPS

http://www.spsrasd.info/fr/content/le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-d%C3%A9nonce-la-visite-d%E2%80%99un-ministre-ivoirien-%C3%A0-la-ville-de-dakhla-