La peur a changé de camp. Les Ivoiriens n’ont plus peur du régime

dictatorial d’Alassane ouattara. En témoignent des mouvements

de mécontentements enregistrés çà et là. A titre d’exemples, les

mutineries, la grève des fonctionnaires, les marches de protestation

des souscripteurs de l’agrobusiness etc. Arrivé au pouvoir dans des

conditions que tout le monde connait, le régime ouattara s’est négativement illustré par la répression des manifestations de l’opposition, des emprisonnements d’opposants en cascade, des arrestations arbitraires, des enlèvements etc. Ces actes antidémocratiques ont installé une psychose dans l’esprit des Ivoiriens à telle enseigne que le nombre d’exilés s’est considérablement accru.

Mais aujourd’hui la peur a changé de camp. Le régime qui a divisé les Ivoiriens pour les soumettre, afin de les diriger par la terreur, connaît ses limites.

Le pays est aujourd’hui assis sur un brasier. Tous les penseurs de

la politique de ouattara et ses exécutants qui sévissaient et méprisaient les Ivoiriens avec une suffisance et une arrogance inégalées, montrent ouvertement leurs inquiétudes. Au lieu d’une sérénité recherchée en vain, c’est la frilosité qui l’emporte.

Ce pouvoir qui s’est isolé d’abord par son avènement et ensuite par sa pratique du pouvoir, est complètement disqualifié. Le pays est au comble d’une crise que ouattara est plus que jamais incapable de résoudre.

«Quand on ne peut pas diriger un pays, on démissionne» Ces propos

qui sont de lui, retentissent fortement dans notre mental aujourd’hui plus qu’hier. Au crépuscule de son pouvoir, ouattara vend le pays à la découpe sans aucune explication aux Ivoiriens. Les contrats léonins qui sont signés ici et là se font de façon monarchique et dans une opacité absolue.

Acculé, le pouvoir autoritaire d’Abidjan multiplie des parodies de

procès pour attendrir et/ou divertir des soutiens qui sont par ailleurs réduits à peau de chagrin à l’international. Les témoins de ouattara a

concoctés dans un cynisme partagé avec Fatou Bensouda, de par leurs témoignages, leur donnent des migraines.

Nous observons tout simplement que ouattara et son clan ont fait

la démonstration de leur incompétence notoire. Seuls la corruption, la

gabegie, la cupidité et les détournements des deniers de l’Etat, constituent ce que l’on constate du régime.

une alternative doit se mettre en situation de sauver les Ivoiriens,

puisque le pays ne peut pas être suspendu

à des incertitudes et paramètres

qui constituent un socle de

souffrances.