L orsque les observateurs avisés affirment que le régime Ouattara ruse avec la réconciliation nationale, qu’il dit pourtant être sa priorité, il se trouve des personnes qui ré- pondent que ces observateurs sont coupés de la réalité en Côte d’Ivoire.

 

Parce que pour ces partisans de l’actuel pouvoir d’Abidjan, «les Ivoiriens sont réconciliés, ce sont les politiciens qui ont des problèmes entre eux.» Pourtant, depuis l’arrivée de ce régime aux affaires, il y de cela 7 ans, aucun acte concret n’est posé dans le sens de la réconciliation vraie des Ivoiriens. Tout porte à croire qu’on rame à contrecourant de cette volonté affichée. En tout cas, réunis le dimanche 8 avril 2018, sur le plateau de l’émission «Le débat africain» de Rfi animée par Alain Foka, quatre cadres du pouvoir Ouattara ont affirmé, de façon unanime, l’aveu d’échec patent de leur régime. Il s’agit de Jean-Louis Billon et Kouadio Konan Bertin (KKB) du Pdci et Adama Bictogo et Méité sindou, du Rdr. Ils sont tous les quatre membres de la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire, le Rhdp. Répondant à une question de l’animateur de cette émission à succès, ils ont tous reconnu que leur régime a échoué sur la politique de la réconciliation nationale. «En 7 ans de pouvoir, la réconciliation est restée un chantier qui n’a pas été abordé», a reconnu Kouadio Konan Bertin alias KKB. «sur la réconciliation nationale, nous avons échoué», a renchéri JeanLouis Billon. A la suite de ces deux déclarations, l’on pouvait penser que c’est de bonne guerre. A cause de la mésentente qui règne depuis quelques jours entre le Pdci et le Rdr, relativement à la mise en place du parti unifié. Mais, lorsque Méité sindou du Rdr soutient que «le Pdci et le Rdr mènent le débat sans se préoccuper de l’existence d’une opposition dans l’espace politique ivoirien ni même de ce que pense le peuple» et que Adama Bictogo affirme pour sa part que, «sur la réconciliation, nous sommes loin d’avoir réussi», on comprend dès lors, que les observateurs cités plus haut sont dans le vrai.

 

«Audelà de l’accord parfait sur leur désaccord en ce qui concerne la gouvernance du pays et la question de l’alternance 2020 en leur sein, et en dépit de sa qualité quelque peu décevante, ce débat surréaliste que l’un d’eux a qualifié d’ailleurs d’arrière-boutique, aura eu le grand mérite de conclure définitivement sur cet autre ultime accord: la reconnaissance unanime de ces éminents repré- sentants de la coalition au pouvoir de l’échec patent de la politique de réconciliation nationale en Côte d’ivoire…», commente pour sa part, Kouadio Konan siméon dit KKs le «neutre réconciliateur», candidat malheureux à la présidentielle de 2015. «Pour cette évolution fondamentale de l’éclatement de la vérité, Rfi et ses invités du jour méritent d’être salués et félicités. Voilà qui est donc, clair et désormais conforme à la réalité de notre pays: La réconciliation nationale reste un chantier entier… », conclut-il non sans ajouter que «le constat admis, nous ne pouvons, vu le caractère impé- ratif, parce que vital de sa réussite, qu’explorer d’autres voies et alternatives, pour y parvenir.» 

 

autre presse