Depuis la base spatiale de Kourou, Ariane 5 va placer un satellite en orbite. La Côte d’Ivoire sera probablement une victime de cette opération puisque c'est dans ses eaux qu'atterrira l' EPC du lanceur. L’ambassade de France en Côte d’Ivoire a adressé un courrier aux autorités locales pour les prévenir afin qu’elles puissent prendre les dispositions nécessaires pour éviter des incidents. On se demande avec quel moyen ? 

 

En date du 23 aout 2018, la France a officiellement informé les autorités ivoiriennes via son ambassade de son intention de procéder au placement d’un satellite dans le ciel au plutôt le 7 septembre dernier. La partie appartenant à la Côte d’Ivoire de l’Océan Atlantique devrait recevoir des éléments du lanceur de cette fusée comme précisé dans la communication.

 

C’est l’étage principal cryotechnique (EPC) qui va tomber dans l’Océan Atlantique, au large de la Côte d’Ivoire, à 245km des côtes, soit dans la zone économique exclusive.

 

La zone de retombée de l’ EPC du lanceur est délimitée par des coordonnées suivantes fournies par la diplomatie française : 03 DEG 09’ N, 16 DEG 23’ W - 01 DEG 21’ N, 01 DEG 11’ W - 00 DEG 26’ S 01 DEG 24’ W ou encore 01 DEG 22’ N, 16 DEG 36’ W.

 

Ces débris représentent-ils un danger pour leur lieu de chute ? Si oui, quand est ce que la population des cotes ivoiriennes va-t-elle être sensibilisée au danger de cette chute ?

 

Nous avons interrogé la CSG Centre spatial guyanais sur le lancement de cette fusée qui exposera peut-être la Côte d'Ivoire à une pollution, même mineur. Autrement, ils auraient pu diriger le retour de leur engin sur terre dans les eaux françaises.

 

La réponse de notre interlocuteur sur place a été que le lancement "n'a pas encore eu lieu. Cette 100e Ariane 5 était initialement prévue le 7, mais a été repoussée au 25 septembre." Nous n'en saurons pas plus sur les raisons de ce report, mais toujours est-il que cette mission n'est pas une bonne nouvelle pour la Côte d'Ivoire.

 

L'on est curieux de savoir ce que gagne l’État de Côte d'Ivoire à accepter de recevoir EPC du lanceur dans ses eaux.

 

Avec le scandale du Probo Koala qui a fait plusieurs victimes, les autorités ivoiriennes devraient refuser que soient déversées en Côte d’Ivoire tout type de déchet pour question de sécurité environnementale.