Publié le Jeudi 3 Septembre 2020.

Publié le Jeudi 3 Septembre 2020.

Mike Pompeo dit que la CPI «continue de cibler les Américains»
Fatou Bensouda et Phakiso Mochochoko ont des actifs bloqués

Les États-Unis ont imposé des sanctions à la procureure en chef de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, dans la dernière d'une série de mesures de politique étrangère unilatérales et radicales.

 

Annonçant les sanctions, le secrétaire d'État, Mike Pompeo, n'a donné aucune raison spécifique pour cette décision, si ce n'est de dire que la CPI «continue de viser les Américains» et que Bensouda «soutenait matériellement» cet effort présumé.

Il a également annoncé des sanctions contre Phakiso Mochochoko, directeur de la division Juridiction, complémentarité et coopération de la CPI.

 

Le Trésor américain a publié une déclaration disant que Bensouda et Mochochoko avaient été considérés comme des «ressortissants spécialement désignés», les regroupant aux côtés de terroristes et de trafiquants de stupéfiants, bloquant leurs avoirs et interdisant aux citoyens américains d'avoir des relations avec eux.

En juin, Donald Trump a publié un décret imposant des sanctions aux responsables de la CPI impliqués dans des enquêtes sur les Américains, en réponse à la décision de la Cour d'ouvrir une enquête sur les crimes de guerre commis par toutes les parties en Afghanistan.

Les États-Unis s'opposent également à l'examen par la CPI des crimes israéliens potentiels contre les Palestiniens dans le cadre d'une enquête qui examine également les abus commis par les forces de sécurité palestiniennes.

 

Les États-Unis ont été fermement condamnés pour leur campagne anti-CPI, qui n'a été soutenue par aucune autre démocratie occidentale ou allié américain en dehors d'Israël.

Dans un communiqué en réponse aux sanctions mercredi, la CPI a déclaré: «Ces actes coercitifs, dirigés contre une institution judiciaire internationale et ses fonctionnaires, sont sans précédent et constituent de graves attaques contre la Cour… et l'état de droit plus généralement.

Richard Dicker, directeur de la justice internationale à Human Rights Watch, a déclaré que cette annonce «marque une perversion stupéfiante des sanctions américaines, conçues pour sanctionner les auteurs de violations des droits et les kleptocrates, pour persécuter ceux qui sont chargés de poursuivre les crimes internationaux».

 

"L'administration Trump a déformé ces sanctions pour faire obstruction à la justice, non seulement pour certaines victimes de crimes de guerre, mais aussi pour les victimes d'atrocités qui se tournent vers la Cour pénale internationale pour obtenir justice", a déclaré Dicker.

 

La décision d'intensifier sa campagne contre la CPI fait partie d'une série de mesures radicales que l'administration Trump a prises en matière de politique étrangère qui l'ont laissée isolée sur la scène mondiale.

 

Lundi, il était le seul à voter contre une résolution contre le terrorisme au Conseil de sécurité de l'ONU. Lors d'autres votes récents du Conseil impliquant les efforts américains pour réimposer les sanctions de l'ONU contre l'Iran, Washington n'a réussi qu'à obtenir le soutien de la République dominicaine.

Mercredi, Pompeo a également confirmé que les États-Unis ne participeraient pas à un effort international pour trouver un vaccin contre Covid-19, car l'Organisation mondiale de la santé était impliquée. L'administration a cherché à blâmer l'OMS pour la pandémie, contre laquelle les États-Unis ont fait pire que toute autre grande économie industrialisée.
"Cette administration veut que les institutions multilatérales fonctionnent, qu'elles fonctionnent réellement, mais le multilatéralisme juste pour le plaisir, juste pour se réunir dans une salle et discuter n'ajoute pas de valeur", a déclaré Pompeo mercredi.

«Cela devrait être un incendie à cinq alarmes pour l'ONU», a déclaré Mark Leon Goldberg, rédacteur en chef du bulletin d'information de l'ONU Dispatch, sur Twitter. "C'est un petit pas dans l'imposition de sanctions contre les hauts responsables de l'OMS dans le cadre de la campagne de Trump pour rejeter la responsabilité de sa gestion de Covid-19."

Lire la suite sur https://www.theguardian.com/law/2020/sep/02/us-sanctions-international-