Les députés ivoiriens viennent de se voir rehausser leurs indemnités parlementaires de 500.000 FCFA (762 euros) par mois.

Selon le numéro 2975 du 14 au 20 janvier 2018 de l’hebdomadaire panafricain édité à Paris, le salaire des députés est

désormais fixé à 2.650.000 FCFA (4.043 euros) contre 2.150.000 FCFA (3.279 euros) par le passé.

Ce nouveau salaire sera versé à la fin de ce mois de janvier

2018, c’est-à-dire au plus tard dans 15 jours. toujours selon Ja, la rallonge de demi-million de FCFA par député a été

négociée et obtenue par l’ancien ministre de la Construction et de l’urbanisme, le député Mamadou Sanogo, qui préside la

Commission des Affaires économiques et financières du Parlement. La tâche du négociateur a été facilitée par la fronde

des députés, mi-décembre 2017, qui avaient bloqué le vote du budget pour, selon JA, «dénoncer le diktat budgétaire

du gouvernement». en vérité, avait-on appris en ce moment, c’était pour «réclamer leur part du gâteau».

Désormais, c’est chose faite.

Ramené aux 250 députés du Parlement ivoirien, c’est 125 millions FCFA de rallonge mensuelle ou 1,5 milliard FCFA annuels

que Ouattara s’apprête à distribuer aux députés. Restait à trouver cet argent, vu que les rumeurs qui attribuaient à

Ouattara des bateaux d’argent se sont

avérées fausses. Alors, les commentaires annoncent que les nouvelles taxes votées comme lettre à la poste dans l’annexe

fiscal 2018 par les députés sont en

partie destinées à satisfaire les profondeurs

de leurs poches. «Cela s’appelle se payer sur la bête», c’est-à-dire au détriment de leurs électeurs qui risquent de voir tout augmenter pendant qu’ils meurent de faim, voit-on écrit sur les  réseaux

sociaux enflammés par l’informationu

(Source : Jeune Afrique)