LeS FAITS

Le mardi 8 août 2017, l’Association Syndicale de la Magistrature (A.S.M.), tout comme bon nombre  d’Ivoiriens, a appris avec émoi et consternation qu’une attaque du «violon» du Palais de Justice

d’Abidjan entrainant l’évasion de prisonniers a eu lieu aux environs de onze heures. Pour s’enquérir de la situation exacte, une délégation du Bureau National conduite par le Président, est allée à la rencontre

du Procureur de la République près le Tribunal de

Première Instance d’Abidjan.

L’A.S.M. a, dès lors, été informée qu’il s’est plutôt agit

d’une évasion de personnes, déférées de diverses unités judiciaires du ressort du Tribunal et de détenus de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan extraits pour les besoins de l’information judiciaire.

Le Procureur de la République a précisé que les détenus

ont désarmé deux agents de police du 14ème Arrondissement d’Abobo, venus en transfèrement,qui se trouvaient à l’intérieur du violon. Dans leur fuite, ils ont agressé, blessé et arraché son véhicule

à un Magistrat, braqué le véhicule d’une dame depassage aux abords du palais. Il a fait savoir qu’une

enquête complète a été ouverte et indiqué que des

mesures de sécurisation du Palais de Justice ont été

prises en accord avec la tutelle.

ANALYSE

L’A.S.M. relève que les faits sus-relatés - attaque du

Palais de Justice ou évasion spectaculaire de détenus

du violon du Palais de Justice - reposent avec acuité et dans son entièreté la question de la sécurité des magistrats de notre pays et de la sécurisation des différents sites d’exercice de leurs fonctions.

Cette question, qui a été l’objet de nombreux débats

des syndicats de magistrats avec le Pouvoir et a

abouti à l’adoption de textes règlementaires, ne semble

pas avoir trouvé la réponse idoine.

POSITION

C’est pour quoi, l’ASM :

-Déplore ces faits d’une extrême gravité ;-Dénonce, à nouveau, le manque de protection, àtous égards, des magistrats dans le climat d’insécurité grandissante ;

-S’étonne des insuffisances dans l’application des

textes pris pour assurer la sécurité des magistrats et

sécuriser leurs lieux de travail ;-exhorte, tout en saluant les dispositions immédiatementprises par les Ministres de la Justice et de l’Intérieurdepuis la survenance des faits, ces hautes

autorités à s’investir pleinement dans la résolution

de l’épineuse question de la sécurité des acteurs de

la justice, dans ou à l’occasion de l’exercice de leurs

fonctions respectives ;- Invite les agents chargés de la sécurité des Palaisde Justice à plus de professionnalisme, de rigueur

et de vigilance dans l’accomplissement de leur mission;

- Apporte sa compassion aux différentes victimes de

ces faits, notamment au magistrat agressé, et les

assure de son soutien ;

- Appelle les magistrats à oeuvrer à la mise en oeuvre

effective des décisions prises et celles à venir pour

assurer leur sécurité.

Fait à Abidjan, le 11 août 2017.

Pour l’ASM

Le Président

Sébastien ZAGBAÏ