Suite à la suspension de leurs organes de presse, Cesar Etou (La Voie Originale), Joseph Titi (Aujourd’hui), Allan Aliali (Le Quotidien d’Abidjan), Yacouba Gbané(Le Temps, Lg Infos) et Stéphane Bahi (Le Nouveau Courrier) ont animé une conférence de presse mercredi 14 décembre dernier.

 

La Coalition des journaux bleux (CJB). Telle est la plate-forme créée par les patrons de presse cités plus haut pour, disent-ils, se dresser contre les ‘‘agissements’’ de Raphael Lapke, président du Conseil national de la presse. « Ces suspensions sont illégales et inventées de toutes pièces. C’est un plan diabolique de Raphael Lapké pour museler la presse de l’opposition surtout dans les périodes de grandes activités sociopolitiques comme les législatives du 18 décembre… », se sont-ils plaints. Pour se faire entendre, ces patrons de presse ont annoncé des actions qui démarrent dès ce jour par des rencontres avec des associations des Droits de l’Homme. Les vendredi 16, samedi 17 et lundi 19 décembre seront marqués par des publications et pages noires dans leurs journaux. Puis des journées presse morte seront observées les mardi 20 et mercredi 21 décembre prochains