Communiqué relatif à la décision du Conseil constitutionnel n°CI-2015-EP-162/02-11/CC/SG

 

Communiqué

 

LIDER | Communiqué 026/PDT/DNC du 04 novembre 2015

 

LIDER a pris connaissance, sans surprise, de la décision du Conseil constitutionnel relative à la requête aux fins de contestations déposée par le Pr. Mamadou Koulibaly le 30 octobre 2015.

 

 

 

LIDER constate que le Conseil constitutionnel a donné des réponses politiciennes d’une médiocrité effarante à des questions juridiques. En mettant la volonté du président qui l’a nommé au-dessus des droits de la nation et des individus qui la composent, Kone Mamadou s’inscrit dans la droite ligne peu glorieuse de ses prédécesseurs à la tête de cette institution.

 

LIDER étudie les suites à donner relativement aux violations du code électoral et des droits du Pr. Mamadou Koulibaly lors de la mascarade de scrutin qui a eu lieu le 25 octobre 2015, de laquelle a émergé un président de la République fabriqué par la fraude, qui n’a obtenu que 41% des voix des inscrits sur la liste électorale (6.301.189) ; 29% des voix de la population ivoirienne de plus de 18 ans en âge de voter (9.005.242) et dont les 2.618.228 voix créditées ne représentent que 15% de la population ivoirienne globale (17.175.456).

 

Signé : La direction de LIDER

Liberté et Démocratie pour la République